Introduction au contrôle de versions

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : HaikelGuemar


Ce tutoriel a pour ambition de vous expliquer les principes de base derrière le contrôle de versions. Si vous souhaitez contribuer à des projets libres, il est plus que probable que vous aurez à faire à un système de contrôle de versions. Si vous souhaitez participer à FedoraProject, vous aurez affaire à CVS, éventuellement mercurial, git et subversion pour les projets hébergés par FedoraHosted.

1 Les systèmes de contrôle de versions

1.1 Pourquoi utiliser un système de contrôle de versions ?

Un système de contrôle de versions ou VCS est un outil permettant de gérer plusieurs versions d'une information puis de faciliter le travail collaboratif. Gérer manuellement les différentes versions d'un fichier manuellement est possible mais fastidieux (le fameux CPOLD). Les avantages d'un VCS sont multiples :

  • conserver l'historique de votre projet.
  • faciliter le travail collaboratif en aidant à détecter puis résoudre les conflits potentiels lors d'éditions simultanées d'un fichier par différents utilisateurs.
  • revenir à une version précédente en cas d'erreur.
  • gérer plusieurs versions d'un même projet.

1.2 Mode de fonctionnement

La plupart des VCS fonctionnent selon un modèle client-serveur, il y a un dépôt central contenant les données du projet accessible soit en local, soit à distance. es utilisateurs utilisent un client pour se connecter au dépôt central pour mettre à jour une copie de travail disponible en local. Ensuite, on peut ajouter, modifier, supprimer des fichiers dans sa copie de travail. Dès que l'on a terminé, on envoie ses modifications sur le dépôt central pour valider les transactions effectuées, c'est le commit. L'ensemble des modifications validés constitue ainsi une révision.

Les VCS constituent un élément clé dans l'écosystème libre. Sans eux, le travail collaboratif serait si ce n'est impossible, rendu fortement difficile. Les VCS ne sont pas limités aux seuls projets logiciels, mais peuvent servir à gérer le versionnage de documents, de fichiers de configurations, etc... Un exemple, il est très courant d'utiliser un VCS pour gérer les différents fichiers de configuration dans /etc, permettant ainsi de revenir très rapidement à une configuration fonctionnelle en cas d'erreur de manipulation.


1.3 VCS libres communs

Voici la présentation de quelques VCS libres :

RCS 
Revision Control System, le vénérable ancêtre. Il offre une gestion basique du versionnage de fichier (texte ou binaire), le principal défaut de RCS est qu'il ne gère qu'un fichier unique. À réserver pour les projets avec très peu de fichiers là, où les autres VCS sont trop lourds.
CVS 
Concurrent Version System. À l'origine, une surcouche à RCS permettant de gérer des projets plus conséquent. Il fonctionne sur le modèle client-serveur, où l'utilisateur récupère une copie de travail sur le serveur et ensuite envoie son travail quand il termine. Encore très utilisé, il est néanmoins rendu obsolète par subversion.
Subversion 
CVS done right (CVS refait correctement). Subversion est le successeur de CVS destiné à pallier certaines faiblesses de CVS. Voir le tutoriel Gestion et contrôle de versions avec Subversion

2 Les systèmes de contrôle de versions distribués

Même si les VCS conviennent parfaitement à la plupart des utilisateurs, le modèle client-serveur n'est pas sans inconvénients :

  • lenteur : une partie des méta-données sont stockées uniquement sur le serveur, entrainant des accès réseaux, ce qui ralentit certaines opérations. Plus vos projets seront conséquents, moins votre VCS sera réactif.
  • workflow rigide : le modèle client-serveur impose une distinction entre ceux qui ont le droit de commit sur le serveur et les autres. Si je veux contribuer au projet X, il y a deux possibilités :
    • l'administrateur me donne les droits de commit.
    • Je dois fournir un patch à un utilisateur ayant les droits de commit.

La première solution exige d'avoir un minimum de confiance envers le nouveau contributeur (pour être sûr qu'il ne fera pas n'importe quoi), la seconde est assez contraignante.


C'est là qu'interviennent les systèmes de contrôle de version distribués (DVCS). Contrairement aux VCS, tout se fait en local. Quand vous clonez un dépôt, vous récupérez l'ensemble des données et méta-données associés, rien ne distingue la copie du dépôt original. Ce mode de fonctionnement original, nécessite de pouvoir synchroniser les dépôts ce qui induit une nouvelle sémantique : pull et push.

Prenons le cas de deux développeurs Jean-Claude et Brian qui travaillent sur un même projet. Jean-Claude a rajouté une fonctionnalité de logging dans son dépôt et souhaite l'envoyer à Brian, au lieu d'envoyer ses modifications sur le dépôt central et d'attendre que Brian synchronise sa copie de travail, il pousse (push en Anglais) ses modifications dans le dépôt de Brian. Reste à Brian de décider si il intégre (merge) ou non la modification de Jean-Claude. À son tour, Brian corrige un bogue sévère dans le code de Jean-Claude mais n'a pas le temps de faire un push vers son dépôt. Pas de problème, Jean-Claude a vu le correctif de Brian, et tire (pull en Anglais) ses modifications.

Les avantages sont nombreux :

  • travail déconnecté : plus besoin d'accès réseaux pour les opérations de base.
  • workflow plus souple : les DVCS permettent d'utiliser différents modèles de travail et de les personnaliser. Voici, les plus courants :
    • pseudo client-serveur en attribuant un rôle central à l'un des dépôts.
    • réseau de confiance (pyramidale) mode de fonctionnement du noyau linux.
    • totalement distribué.

2.1 DVCS libres communs

Voici quelques DVCS libres communément rencontrés :

Git 
Le célèbre DVCS développé par Linus Torvalds. C'est le couteau suisse des DVCS, très puissant et extrêmement souple. Il est très populaire auprès des développeurs, il a séduit notamment le noyau Linux, GNOME. Déjà très populaire sur FedoraHosted, il remplacera CVS au sein du FedoraProject. Gestion et contrôle de versions avec Git
Mercurial 
le rival écrit en Python de Git. À la fois performant et simple d'utilisation, c'est un bon compromis entre la puissance de Git et la simplicité de subversion (les commandes sont très proches). Il est utilisé par Python, Netbeans, Mozilla et reste très apprécié sur FedoraHosted. Gestion et contrôle de versions avec Mercurial
Bzr 
Le DVCS GNU sponsorisé par Canonical également écrit en Python. Bzr est un DVCS caractérisé par souci constant de l'ergonomie de l'outil. De nombreuses interfaces graphiques existent pour Bzr, le hic étant une lenteur souvent qualifié d'insupportable.

3 Lexique

VCS 
Version Control System (Système de Contrôle de Versions)
DVCS 
Distributed Version Control System (Système de Contrôle de Versions Distribué)
SCM 
Software Configuration Management (Gestion de Configuration Logicielle). Un autre acronyme synonyme de VCS.
dépôt/référentiel 
répertoire local ou distant contenant les données du projet et les métadonnées associés au (D)VCS.
tronc 
trunk en Anglais, la branche principale du projet.
révision 
instantané d'un dépôt.
head 
dernière révision commité. Dans le cadre des DVCS désigne tout changeset sans enfant. Pour Git et Mercurial, les head les plus récents se nomment respectivement HEAD et tip.
changeset 
collection de modifications atomiques.
commit 
valider une transaction.
checkout 
récupérer en local une révision.
copie de travail 
copie locale d'un dépôt sur laquelle on travaille.