Recompilation du noyau Fedora

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PatriceKadionik
Avec l'aimable contribution de : Remi Collet, fifou, f1ebk, Charles-Antoine Couret

1 Pourquoi recompiler le noyau Fedora ?

Quand vous utilisez votre système Linux Fedora, vous bénéficiez du dernier noyau quand vous mettez à jour votre machine.

Cela est réalisé lorsque vous exécutez la commande suivante :

# dnf upgrade

Ou bien plus spécifiquement :

# dnf upgrade kernel
InProgress tip.png Attention !
Il est inutile de vouloir recompiler le noyau pour l’immense majorité d’entre nous et vous pouvez vous abstenir de lire ce tutoriel et retourner à vos préoccupations.

Mais il existe néanmoins de rares cas où la recompilation des sources du noyau est nécessaire. Ce tutoriel se propose de décrire ces cas d’exception et comment réaliser cette recompilation étape par étape…

2 Qu’installe-t-on quand on met à jour le noyau par yum ?

Quand on exécute la commande :

# dnf upgrade kernel

nous installons le paquetage RPM kernel-4.13.1-302.fc27.x86_64.rpm du dépôt updates sur notre machine (noyau 4.13.1-302 pour Fedora 27 et pour machine x86_64 ici, à la date d’écriture de ce tutoriel).

Si l'on regarde plus en détail, on a :

  • Dans le répertoire /boot/:
    • Le fichier vmlinuz-4.13.1-302.fc27.x86_64. C'est le noyau Linux.
    • Le fichier System.map-4.13.1-302.fc27.x86_64. C'est la table des symboles du noyau. C'est un fichier ASCII qui donne la correspondance entre un symbole du noyau (étiquette, fonction, variable...) et son adresse en mémoire. Cela sert par exemple à déboguer le noyau au niveau symbolique.
    • Le fichier initramfs-4.13.1-302.fc27.x86_64.img. C'est un fichier spécial qui contient un RAM Disk. C'est comme son nom l'indique un système de fichiers minimaliste chargé en RAM au démarrage du noyau qui contient les pilotes nécessaires au démarrage du noyau. Ce RAM Disk est bien sûr détruit après boot complet du noyau.
    • Le fichier config-4.13.1-302.fc27.x86_64. C'est le fichier de configuration de la compilation qui a servi à générer le noyau Linux, ici vmlinuz-4.13.1-302.fc27.x86_64.
  • Dans le répertoire /lib/modules/ :
    • Un ensemble de sous-répertoires sous 4.13.1-302.fc27.x86_64/ qui contiennent les pilotes pour accéder aux différents matériels présents dans le PC.

Pour l'immense majorité d'entre nous qui utilisons “normalement” notre PC, les informations précédentes sont suffisantes pour savoir mettre à jour notre distribution avec le dernier noyau et nous pouvons nous abstenir de lire ce qui suit...

3 Quand recompile-t-on le noyau ?

On recompilera le noyau ou plus exactement les sources du noyau si l'on ne peut pas faire autrement. On cherchera en premier lieu une solution pour l'éviter comme par exemple, récupérer le paquetage RPM qui résout son problème (un module particulier sous forme d'un fichier RPM kmod-xxx par exemple).

Note tip.png SI ET SEULEMENT SI l'on ne peut pas faire autrement, alors on recompilera les sources...
Ces cas extrêmes sont :
  • La validation d'une option exotique dans le noyau qui ne l'est pas de base dans le noyau Fedora, par exemple la mise en œuvre du Packet Radio AX25 cher aux radioamateurs.
  • L'intégration d'un correctif exotique dans le noyau qui ne l'est pas dans le noyau Fedora.
  • La modification des fichiers sources du noyau.
  • L'intégration d'un module dans le noyau sous forme d'un driver statique.
  • Le côté geek de la chose, admettons le...

4 Quelques précisions

4.1 Quelle est la différence entre un module et un driver ?

Le module et le pilote ont un point commun : ils sont issus de la compilation des mêmes fichiers sources. Un pilote est compilé et lié de façon statique avec le noyau. On ne peut pas le retirer de la mémoire même si l'on ne s'en sert pas. On voit que si l'on incorpore tous les pilotes dans le noyau, celui-ci devient énorme en taille et va contenir tout un tas de drivers inutiles car ne correspondant pas à un matériel présent dans le PC.

Linux a introduit la notion de pilote dynamique appelé module. Un module est compilé mais n'est pas lié au noyau. Un module sera chargé au démarrage du PC par un service du noyau en fonction des matériels réellement présents dans le PC. On pourra aussi charger manuellement un module si l'on veut (commande insmod). On voit qu'avec cette approche l'empreinte mémoire noyau+modules est optimale pour la configuration matérielle de chaque PC.

4.2 Qu'est-ce qu'un RAM Disk ?

Dans un premier temps, nous avions dit :

C'est comme son nom l'indique un système de fichiers minimaliste chargé en RAM au démarrage du système qui contient des pilotes nécessaires au démarrage du noyau. Ce RAM Disk est bien sûr détruit après démarrage complet du noyau.

On peut alors préciser que le RAM Disk est un système de fichiers minimaliste contenant un nombre limité de modules pour le démarrage correct du noyau. On peut regarder de quelle façon il est composé :

$ cd /tmp
$ cp /boot/initramfs-4.13.1-302.fc27.x86_64.img .
$ gzip -d --suffix .img initramfs-4.13.1-302.fc27.x86_64.img

C'est donc un fichier compressé.

$ mkdir rd
$ cd rd
$ cpio -i < ../initramfs-4.13.1-302.fc27.x86_64.img
57292 blocs
$ ls
bin                emergency  initqueue-finished  pre-pivot    sbin     usr
cmdline            etc        initqueue-settled   pre-trigger  sys      var
dev                init       lib                 pre-udev     sysroot
dracut-006-6.fc14  initqueue  mount               proc         tmp
$ ls bin
basename  dash   grep  loadkeys  mknod  plymouth   rm       sh      uname
cat       dd     gzip  ls        mount  plymouthd  sed      sleep
cp        dmesg  ln    mkdir     mv     readlink   setfont  umount
$ ls dev
pts
$ ls lib
device-mapper                       libglib-2.0.so.0.2600.0
dracut-lib.sh                       libgpg-error.so.0
firmware                            libgpg-error.so.0.7.0
i686                                liblvm2cmd.so.2.02
kbd                                 libm-2.13.so
ld-2.13.so                          libm.so.6
ld-linux.so.2                       libnss_files-2.13.so
libacl.so.1                         libnss_files.so.2
libacl.so.1.1.0                     libpcre.so.0
libattr.so.1                        libpcre.so.0.0.1
libattr.so.1.1.0                    libply.so.2
libblkid.so.1                       libply.so.2.0.0
libblkid.so.1.1.0                   libply-splash-core.so.2
libbz2.so.1                         libply-splash-core.so.2.0.0
libbz2.so.1.0.6                     libpopt.so.0
libcap.so.2                         libpopt.so.0.0.0
libcap.so.2.17                      libpthread.so.0
libcryptsetup.so.1                  libreadline.so.6
libcryptsetup.so.1.0.0              libreadline.so.6.1
libc.so.6                           librt-2.13.so
libdevmapper-event-lvm2mirror.so    librt.so.1
libdevmapper-event-lvm2snapshot.so  libselinux.so.1
libdevmapper-event-lvm2.so.2.02     libsepol.so.1
libdevmapper-event.so.1.02          libsysfs.so.2
libdevmapper.so.1.02                libsysfs.so.2.0.1
libdl-2.13.so                       libtinfo.so.5
libdl.so.2                          libtinfo.so.5.7
libdmraid-events-isw.so             libudev.so.0
libdmraid-events-isw.so.1           libudev.so.0.9.1
libdmraid-events-isw.so.1.0.0.rc16  libuuid.so.1
libdmraid.so.1                      libuuid.so.1.3.0
libdmraid.so.1.0.0.rc16             libz.so.1
libgcc_s-4.5.1-20100924.so.1        libz.so.1.2.5
libgcc_s.so.1                       modules
libgcrypt.so.11                     terminfo
libgcrypt.so.11.5.3                 udev
libglib-2.0.so.0

C'est donc un système de fichiers root minimal avec son exécutable init, son shell minimaliste dash et ses modules sous lib/modules/4.13.1-302.fc27.x86_64. On peut remarquer que les modules ne concernent que l'accès aux disques durs usuels (ATA, SATA, SCSI, RAID) et le support de différents types de systèmes de fichiers pour pouvoir monter ensuite le système de fichiers root.

4.3 Quelle est la différence entre un noyau officiel et un noyau Fedora ?

Le noyau officiel ou plutôt ses sources est le noyau Linux originel et officiel. Il est disponible depuis le site http://www.kernel.org.

Ce noyau généraliste est ensuite modifié par le créateurs de distribution par l'application de correctifs pour améliorer certaines fonctionnalités. Les correctifs sont donc des fichiers qui contiennent les modifications à apporter aux fichiers sources du noyau officiel. Ils ne sont bien sûr pas officiels car pour l'être, ils doivent être incorporés dans les sources du noyau officiel.

Fedora propose donc ses propres patchs au noyau officiel pour donner le noyau Fedora ! Le fichier du noyau Fedora est suffixé par fc, par exemple : vmlinuz-4.13.1-302.fc27. Ce n'est donc pas le noyau officiel.

4.4 Comment lire la version d'un noyau officiel et d'un noyau Fedora ?

Depuis la version 4, un noyau officiel possède un nouveau système de version. La version stable se note 4.x . Les versions de corrections sont notées 4.x.y . Fedora ajoute également un suffixe à cette numérotation, la partie -302 ici. Cela permet éventuellement de publier plusieurs mises à jour du paquet pour une même version du noyau (si les options du paquets change, ou si le mainteneur ajoute un correctif personnalisé par exemple).

$ uname -r
4.13.2-300.fc27.x86_64
$ rpm -qi --changelog kernel-4.13.2-300.fc27.x86_64 | less
Name        : kernel
Version     : 4.13.2
Release     : 300.fc27
Architecture: x86_64
Install Date: ven. 15 sept. 2017 22:27:45 CEST
Group       : System Environment/Kernel
Size        : 0
License     : GPLv2 and Redistributable, no modification permitted
Signature   : RSA/SHA256, ven. 15 sept. 2017 05:12:55 CEST, Key ID f55e7430f5282ee4
Source RPM  : kernel-4.13.2-300.fc27.src.rpm
Build Date  : jeu. 14 sept. 2017 20:17:49 CEST
Build Host  : bkernel01.phx2.fedoraproject.org
Relocations : (not relocatable)
Packager    : Fedora Project
Vendor      : Fedora Project
URL         : http://www.kernel.org/
Summary     : The Linux kernel
Description :
The kernel meta package
* jeu. sept. 14 2017 Laura Abbott <labbott@redhat.com> - 4.13.2-300
- Linux v4.13.2


Au moment de l'écriture de ce tutoriel, la version stable du noyau Fedora est 4.13.2-302.

On peut aussi établir le lien "caché" à partir des traces des commandes précédentes entre le noyau officiel et le noyau Fedora : le noyau Fedora 4.13.2-302 pour Fedora a été construit à partir du noyau officiel 4.13.2 !

5 La compilation des sources du noyau officiel. Les limites pour Fedora

La compilation d'un noyau officiel est des plus classiques et ne sera que brièvement décrite :

5.1 Etape 1 : Récupération des sources du noyau officiel

Récupération des sources du noyau officiel depuis un site miroir :

$ wget https://cdn.kernel.org/pub/linux/kernel/v4.x/linux-4.13.3.tar.xz

5.2 Etape 2 : Décompression

Décompression des sources du noyau officiel :

$  tar -xvf linux-4.13.3.tar.xz

5.3 Etape 3 : Configuration

Configuration du noyau. On validera les fonctionnalités que l'on veut... :

$ cd linux-4.13.3
$ make x86_64_defconfig
$ make menuconfig   

Le fichier de configuration du noyau est le fichier caché .config .

5.4 Etape 4 : Compilation

Compilation du noyau :

$ make -j$(cat /proc/cpuinfo | grep processor | wc -l)

Compilation des modules :

$ make modules

5.5 Etape 5 : Installation

Installation du noyau et des modules :

$ su
# make modules_install
# make install
# cp System.map /boot/System.map-4.13.3
# cp .config /boot/config-4.13.3

On a au final 4 nouveaux fichiers dans le répertoire /boot/ :

$ ls /boot/*4.13.3*
/boot/config-4.13.3     
/boot/System.map-4.13.3
/boot/initrd-4.13.3.img  
/boot/vmlinuz-4.13.3

5.6 Limitations de la méthode

Les limitations de cette méthode apparaissent dans la configuration du noyau :

  • Quelles fonctionnalités doit-on valider ?
  • Doit-on incorporer un driver dans le noyau ou bien sous forme d'un module ?
  • Quoi valider pour arriver à démarrer le noyau avant de pouvoir charger les modules ?
  • Enfin, on ne bénéficie d'aucun des correctifs développés par Fedora !

6 La compilation des sources du noyau Fedora

Nous voulons cette fois-ci compiler les sources du noyau Fedora qui intègre tous les patchs Fedora.

Pour cela, nous allons récupérer le paquetage RPM qui comprend les sources du noyau officiel ainsi que l'ensemble des correctifs de Fedora.

Un fichier .spec est fourni pour pouvoir être utilisé avec la commande rpmbuild qui sert à construire des paquetages RPM. On régénèrera avec ce fichier .spec dans un premier temps le paquetage RPM du noyau Fedora et de ses modules.

6.1 Etape 1 : Création d'un environnement de travail

Si le paquetage sparse n'est pas installé, on l'installera au préalable :

# dnf install sparse

On se créera un environnement de création de paquetages RPM en suivant la méthode définie dans le document RPM : environnement de construction.

Si tout va bien, on doit avoir les fichiers et répertoire suivants :

  • $HOME/rpmbuild/ .
  • $HOME/rpmbuild/BUILD/ (dossier temporaire utilisé pour la décompression des archives et la construction).
  • $HOME/rpmbuild/RPMS/ (dossier contenant les RPM binaires construits).
  • $HOME/rpmbuild/SOURCES/ (dossier contenant les sources : archives, patchs...).
  • $HOME/rpmbuild/SPECS/ (dossier contenant les fichiers .spec contenant les instructions de construction).
  • $HOME/rpmbuild/SRPMS/ (dossier contenant les RPM sources construits).
  • $HOME/.rpmmacros (fichier de paramètrage).


Le fichier $HOME/.rpmmacros sera semblable à :

%_signature             gpg
%_gpg_name              mon_nom_pour_gpg
%_gpg_path              %(echo $HOME)/.gnupg
%_topdir      %(echo $HOME)/rpmbuild
%_smp_mflags  -j3
%__arch_install_post   /usr/lib/rpm/check-rpaths   /usr/lib/rpm/check-buildroot
%vendor                 mon_nom
%packager               mon_nom_de_packager
%dist                   .fc27

6.2 Etape 2 : Récupération des paquetages

On récupéra le paquetage des sources du noyau Fedora (noyau 4.13.3-301.fc27 au moment de l'écriture de ce tutoriel) :

$ wget https://kojipkgs.fedoraproject.org//packages/kernel/4.13.3/301.fc27/src/kernel-4.13.3-301.fc27.src.rpm

6.3 Etape 3 : Installation des paquetages

On installera le paquetage des sources du noyau Fedora :

$ rpm -ivh kernel-4.13.3-301.fc27.src.rpm

L'ensemble du matériel est installé par défaut dans le répertoire $HOME/rpmbuild/ :

  • Dans le répertoire $HOME/rpmbuild/SOURCES/, on retrouve les sources du noyau Linux officiel et l'ensemble des patchs développés par Fedora.
  • Dans le répertoire $HOME/rpmbuild/SPECS/, on retrouve le fichier .spec kernel.spec qui sert à reconstruire les paquetages RPM avec rpmbuild.

6.4 Etape 4 : Choix de l'architecture

On récupérera le type d'architecture du PC :

$ uname -m
x86_64

L'architecture est ici x86_64. La suite de ce tutoriel se fera avec cette architecture mais il est facile de l'adapter à une autre architecture.

6.5 Etape 5 : Configuration du fichier .spec

Il convient d'éditer le fichier kernel.spec pour coller à son architecture car sinon la procédure génère les paquetages RPM du noyau Fedora pour toutes les architectures (monocore, SMP, et Xen) et cela prend des heures !

$ cd $HOME/rpmbuild/SPECS
$ nano kernel.spec
. . .
# What parts do we want to build?  We must build at least one kernel.
# These are the kernels that are built IF the architecture allows it.
# All should default to 1 (enabled) and be flipped to 0 (disabled)
# by later arch-specific checks.

# The following build options are enabled by default.
# Use either --without <opt> in your rpmbuild command or force values
# to 0 in here to disable them.
#
# standard kernel
%define with_up        %{?_without_up:        0} %{?!_without_up:        1}
# kernel-smp (only valid for ppc 32-bit)
%define with_smp       %{?_without_smp:       0} %{?!_without_smp:       1}
# kernel-PAE (only valid for i686)
%define with_pae       %{?_without_pae:       0} %{?!_without_pae:       1}
# kernel-debug
%define with_debug     %{?_without_debug:     0} %{?!_without_debug:     1}
# kernel-doc
%define with_doc       %{?_without_doc:       0} %{?!_without_doc:       1}
# kernel-headers
%define with_headers   %{?_without_headers:   0} %{?!_without_headers:   1}
# kernel-firmware
%define with_firmware  %{?_with_firmware:     1} %{?!_with_firmware:     0}
# tools/perf
%define with_perf      %{?_without_perf:      0} %{?!_without_perf:      1}
# kernel-debuginfo
%define with_debuginfo %{?_without_debuginfo: 0} %{?!_without_debuginfo: 1}
# kernel-bootwrapper (for creating zImages from kernel + initrd)
%define with_bootwrapper %{?_without_bootwrapper: 0} %{?!_without_bootwrapper: 1}
# Want to build a the vsdo directories installed
%define with_vdso_install %{?_without_vdso_install: 0} %{?!_without_vdso_install: 1}
. . .

On peut donc utiliser soit l'option :

--without

de rpmbuild ou soit modifier le fichier kernel.spec en dévalidant les options voulues :

Pour un noyau monocore, on ajuste les variables with_xxx dans le fichier kernel.spec comme suit :

%define with_up      1
%define with_smp     0
%define with_pae     0
%define with_xen     0
%define with_kdump   0
%define with_debug   0
%define with_doc     0
%define with_headers 0
%define with_firmware     0
%define with_perf         0
%define with_debuginfo    0
%define with_bootwrapper  0
%define with_vdso_install 0

Pour un noyau SMP, on ajuste les variables with_xxx dans le fichier kernel.spec comme suit :

%define with_up      0
%define with_smp     1
%define with_pae     0
%define with_xen     0
%define with_kdump   0
%define with_debug   0
%define with_doc     0
%define with_headers 0
%define with_firmware     0
%define with_perf         0
%define with_debuginfo    0
%define with_bootwrapper  0
%define with_vdso_install 0

6.6 Etape 6 : Génération de paquetages

On génèrera les paquetages RPM du noyau Fedora à partir des sources comme suit :

$ cd $HOME/rpmbuild/SPECS
$ rpmbuild --target x86_64 -ba kernel.spec

A la fin de la compilation, après quelques dizaines de minutes, nous aurons au final :

  • Dans le répertoire $HOME/rpmbuild/RPMS/x86_64/, les paquetages RPM du noyau avec ses modules : le fichier kernel-4.13.3-301.fc27.rpm.
  • Dans le répertoire $HOME/rpmbuild/SRPMS/, le paquetage RPM des sources du noyau officiel accompagné des patchs Fedora : le fichier kernel-4.13.3-301.fc27.src.rpm (celui du départ !).
  • Dans le répertoire $HOME/rpmbuild/BUILD/, tout ce qui a servi à générer les paquetages RPM. Les sources du noyau Fedora patché sont dans le répertoire sous $HOME/rpmbuild/BUILD/kernel-4.13.fc27/linux-4.13.3-301.fc27.x86_64/.

C'est ce dernier répertoire qui nous intéresse si l'on veut modifier les sources du noyau Fedora patché (répertoire $HOME/rpmbuild/BUILD/kernel-4.13.fc27/linux-4.13.3-301.fc27.x86_64/).

Une remarque importante : seul ce répertoire nous intéresse réellement dans le processus de reconstruction des paquetages du noyau Fedora. Pour cela, on utilisera la commande rpmbuild avec l'option bp pour seulement générer les sources du noyau Fedora incluant tous les patchs :

$ cd $HOME/rpmbuild/SPECS
$ rpmbuild --target x86_64 -bp kernel.spec

6.7 Etape 7 : Définition de l'EXTRAVERSION

On pourra lors de la phase de configuration du noyau valider des fonctionnalités exotiques. On prendra pour exemple la fonctionnalité Packet Radio AX25. On pourra bien sûr appliquer d'autres patchs sur les sources du noyau Fedora.

On va changer au préalable la valeur de l'EXTRAVERSION du fichier Makefile du répertoire $HOME/rpmbuild/BUILD/kernel-4.13.fc27/linux-4.13.3-301.fc27.x86_64/ afin de discerner notre noyau.

EXTRAVERSION = -301.fc27.x86_64

devient

EXTRAVERSION = -301.fc27.x86_64-AX25

Cela évitera notamment d'écraser le noyau Fedora installé si l'on travaille avec la même version des sources du noyau Fedora que celle qui s'exécute sur le PC :

$ cd $HOME/rpmbuild/BUILD/kernel-4.13.fc27/linux-4.13.3-301.fc27.x86_64/
$ nano Makefile

6.8 Etape 8 : Configuration et compilation

On se retrouve alors avec les étapes classiques de configuration et de compilation classiques d'un noyau officiel.

On valide les fonctionnalités que nous désirons, pour l'exemple AX25 : validation des variables HAMRADIO, AX25 et MKISS sous forme de modules (M) dans le menu Networking support :

$ make menuconfig (ou make xconfig)
$ make

6.9 Etape 9 : Installation

Installation des modules et du noyau et de son RAM disk. Les modules sont installés directement sous /lib/modules/4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25 :

# make modules_install
# make install

Installation de la table des symboles :

# cp System.map /boot/System.map-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25

Sauvegarde du fichier .config :

# cp .config /boot/config-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25

On a au final 4 nouveaux fichiers dans le répertoire /boot/ :

$ ls /boot/*AX25*
/boot/config-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25
/boot/initrd-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25.img
/boot/System.map-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25
/boot/vmlinuz-4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25

6.10 Etape 10 : Tests

On rebootera le PC, sélectionnera son noyau Fedora modifié 4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25.

On procèdera à quelques vérifications :

$ uname -r
4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25
$ su -
# insmod /lib/modules/4.13.3-301.fc27.x86_64-AX25/kernel/net/ax25/ax25.ko
# lsmod
Module                  Size  Used by
ax25                   42779  0 
nfsd                  201376  13 
lockd                  56070  1 nfsd
nfs_acl                 1951  1 nfsd
. . .
# exit
$

7 Création d'un paquetage RPM du noyau Fedora officiel modifié

Les modifications du noyau Fedora "officiel" peuvent concerner 2 cas de figure :

  • Les paramètres par défaut de configuration du noyau. C'est le cas ici présent avec la validation de l'AX25.
  • Les fichiers sources C du noyau.

La commande rpmbuild permet de générer un paquetage RPM avec ces différentes modifications. Cela permet alors de diffuser à la communauté un paquetage d'un noyau Fedora officiel modifié par un particulier.

La procédure à suivre sera décrite prochainement dans un autre document en adéquation avec les documents :

8 Le noyau Fedora et le Temps Réel

Le noyau officiel intègre les patchs Low Latency et Preempt pour améliorer la réactivité du noyau et le rendre préemptible au mieux. Quand on doit traiter des flux audio ou vidéo, il est important d'avoir une bonne réactivité du noyau pour avoir un son le plus audible possible ou les images les plus fluides possibles quelle que soit la charge du système.

Le noyau Linux doit être Temps Réel (Real Time) pour atteindre une telle exigence.

On distingue 2 types de Temps Réel :

  • Le temps Réel dur ou Hard Real Time (celui de l'électronicien) où l'on garantit dans 100 % des cas un temps maximum d'exécution pour un évènement à traiter quelle que soit la charge du système et son état actuel. Ce temps maximum est au minimum de quelques dizaines de µs actuellement pour un PC standard.
  • Le temps Réel mou ou Soft Real Time (celui de l'informaticien) où l'on garantit dans 99,5 % des cas un temps maximum d'exécution pour un évènement à traiter. Dans le cas des 0,5 % restant, le temps maximum n'est plus garanti et peut "exploser" suivant la charge du système et son état actuel (dans le cas d'un flux vidéo, on perd quelques images (frames) mais ce n'est pas grave car cela ne nuit pas au service). On assure dans le cas du Temps Réel mou plutôt une qualité de service bien adaptée aux flux multimédia. Ce temps maximum est au minimum de quelques centaines de µs actuellement pour un PC standard.

Le noyau Linux permet maintenant de faire du Temps Réel mou ce qui permet d'avoir une meilleure fluidité sur les flux multimédia.

Le noyau Fedora est configuré par défaut pour être Temps Réel mou et il n'y a pas lieu à recompiler le noyau.

Les options validées par défaut sont :

  • Voluntary Kernel Preemption (Desktop) PREEMPT_VOLUNTARY
  • Preempt The Big Kernel Lock PREEMPT_BKL

dans la rubrique Processor type and features, sous-rubrique Preemption model.

L'aide en ligne lors de la configuration du noyau Fedora donne les informations suivantes :

Voluntary Kernel Preemption (Desktop) PREEMPT_VOLUNTARY
This option reduces the latency of the kernel by adding more "explicit preemption points" 
to the kernel code. These new preemption points have been selected to reduce the 
maximum latency of rescheduling, providing faster application reactions, at the cost 
of slighly lower throughput.
This allows reaction to interactive events by allowing a low priority process 
to voluntarily preempt itself even if it is in kernel mode executing a system call. 
This allows applications to run more 'smoothly' even when the system is under load.
Select this if you are building a kernel for a desktop system.
Preempt The Big Kernel Lock PREEMPT_BKL
This option reduces the latency of the kernel by making the big kernel lock preemptible.
Say Y here if you are building a kernel for a desktop system.
Say N if you are unsure.

On pourra lire le tutoriel Fedora et le Temps Réel pour plus d'informations...

9 Conclusion

Nous voilà donc au terme de ce périple parsemé d'embûches.

Il est clair que pour 99,9 % d'entre nous, il ne sert à rien de vouloir recompiler son noyau Fedora sauf dans les cas extrêmes précédemment cités. La simple mise à jour par dnf suffira !

Pour les autres, ce tutoriel est fait pour vous.