Utilisation de chroot

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : PatriceFerlet
Avec l'aimable contribution de : HaikelGuemar

1 Introduction

chroot signifie change root, traduisez changement de racine

La commande chroot permet d'isoler la racine du système de fichier (le / de l'arborescence) pour une commande spécifique. La racine du système de fichier visible par la commande "chrootée" est une sous-arborescence du système de fichier complet. Ceci permet, par exemple, de sécuriser un serveur en lui donnant accès à un système de fichier restreint.

Les packageurs Fedora se servent de chroot via le programme mock pour compiler et tester des paquets sans risquer d'impacter un système.

2 chroot et la virtualisation

La commande chroot et les machines virtuelles sont très différentes. Parfois on se sert de machines virtuelles là où un chroot serait plus intéressant... Le débat n'a pas lieu d'être dans cet article, mais il convient de bien spécifier les différences avec une machine virtuelle afin que vous puissiez faire votre choix.

Vous pouvez aussi vous référer à l'article Virtualisation du Wiki.

De manière simplifiée, une machine virtuelle utilise un matériel virtuel, un noyau complet et réserve des ressources systèmes contraignantes. L'intérêt est d'avoir un véritable système d'exploitation à part entière. Il est donc possible d'installer Windows, Linux, BSD... sur une machine virtuelle fonctionnant sur n'importe quel système d'exploitation.

Chroot est différent, il ne démarre pas de noyau et fonctionne sur la machine courante en terme de matériel. Il ne demande presque pas de ressource. Par contre, il ne permet pas d'avoir une interface réseau à part entière, et le chroot ne peut fonctionner que si le système d'exploitation utilisé est le même que la machine maître.

Chroot n'est donc pas un système virtuel mais un fonctionnement particulier d'un shell ou d'une commande.

Pour faire votre choix, vous devez vous poser ces questions:

  • Dois-je avoir une adresse IP spécifique pour ma machine hôte ?
  • Le système que je veux installer est-il du même type que ma machine maitre ?
  • Dois-je simuler une machine complète ou simplement un service ?
  • Est-ce que mon but n'est pas simplement de restreindre les utilisateurs pour ne pas impacter le système ?

Il y a bien plus de questions que cela à se poser, mais en suivant cet article vous pourrez comprendre la force de chroot.

Ce que vous devez retenir:

  • La virtualisation est un environnement matériel virtuel complet mais lourd en terme de ressources.
  • La commande chroot est un environnement logiciel utilisant le matériel réel et le noyau courant avec une empreinte légère en terme de ressource.

3 Pré-requis

Créer et utiliser un chroot n'est pas compliqué en soit mais il vous faudra avoir de bonnes bases. Il est important de connaître les principes de base de l'arborescence Linux et de savoir utiliser les lignes de commandes afin de travailler.

4 Le principe

Quand vous travaillez sur Linux et/ou Unix, on parle de racine pour identifier la base du système de fichier représentée par le nom de répertoire /

De ce répertoire racine découle:

  • /bin
  • /usr
  • /etc
  • /var
  • /tmp
  • etc...

C'est à dire l'arborescence du système.

Le principe de chroot est de définir une sous-arborescence du système de fichier visible comme la racine du système de fichier. Par exemple, si nous créons les répertoires ci-dessous :

  • /srv/test/bin
  • /srv/test/usr
  • /srv/test/etc
  • /srv/test/var
  • /srv/test/tmp

en appelant chroot de cette manière:

chroot /srv/test

le shell en cours ne verra que le contenu de /srv/test. Mais au lieu de voir le nom de répertoire /srv/test il verra la racine /

Tout le travail sera donc de créer une nouvelle arborescence contenant le nécessaire (et autant que possible le minimum) pour que le shell chrooté puisse fonctionner.

Étant donnée que ce shell ne voit que sa propre racine, il ne peut plus impacter les fichiers qui se trouvent en dehors de cette arborescence. De ce fait si un utilisateur malveillant vient à attaquer le système au travers d'un service tournant dans un chroot, il n'impactera plus difficilement le système réel qui se trouve au dehors.

5 Les méthodes

Il existe 5 méthodes de chroot sur Fedora.

  1. chroot manuel - un peu complexe mais très adapté pour créer un chroot utilisateur restreint
  2. yum - utilisé par mock, mais permet d'être un peu plus fin sur certaines options d'installation
  3. mock - utilisé pour compiler des paquets par les packageurs, il peut servir d'initialisation d'un chroot Fedora ou CentOS
  4. debootstrap - pour créer un chroot de type debian alors que nous utilisons CentOS ou Fedora
  5. febootstrap - un clone de debootstrap permettant de créer des chroots de type Fedora

Voyons désormais comment créer un ou plusieurs chroot, puis nous verrons quelques utilisations intéressantes de chroot pour sécuriser un service (mysql, apache...) ou pour créer un shell restreint pour les utilisateurs qui se connecte à notre serveur.

6 Méthode manuelle

Avant de créer un chroot avec un script, il convient de faire les manipulations manuellement pour comprendre comment se passe la phase de création de racine. Dans un premier temps, nous allons donc faire pas à pas un chroot simple, puis nous verrons qu'un script peut nous faire la procédure plus rapidement.

Note tip.png Utilisateur ou Super utilisateur ?
Dans cette section, il faudra être super utilisateur (root) afin de démarrer sur le chroot. Nous verrons dans la section traitant des chroot utilisateur qu'il est possible de permettre aux utilisateur de "chrooter".

Donc en premier lieu, passez en root dans votre terminal:

su -

6.1 Comprendre

La méthode manuelle consiste à créer l'environnement soit même. Il suffit de créer les répertoires adéquats et d'y placer les programmes et bibliothèques nécessaires au fonctionnement du shell.

Créons un répertoire qui va héberger notre mini-linux:

mkdir -p /srv/mychroot

on crée nos répertoires de base:

mkdir -p /srv/mychroot/bin
mkdir -p /srv/mychroot/usr

On va copier bash et ls dans notre répertoire bin

cp /usr/bin/bash /usr/bin/ls /srv/mychroot/bin/

Nous allons utiliser la commande ldd pour identifier les bibliothèques nécessaires au fonctionnement de bash et ls :

ldd /bin/bash
	linux-vdso.so.1 =>  (0x00007fffc3dff000)
	libtinfo.so.5 => /lib64/libtinfo.so.5 (0x0000003179800000)
	libdl.so.2 => /lib64/libdl.so.2 (0x0000003165e00000)
	libc.so.6 => /lib64/libc.so.6 (0x0000003165a00000)
	/lib64/ld-linux-x86-64.so.2 (0x0000003164600000)

Attention, pour les 64bits le répertoire est bien lib64, les machines sur 32 bits devrons plutôt utiliser lib... remplacez bien les répertoires selon votre configuration

mkdir ~/mychroot/lib64
cp /lib64/libtinfo.so.5 /lib64/libdl.so.2 /lib64/libc.so.6 /lib64/ld-linux-x86-64.so.2 /srv/mychroot/lib64

Et la commande ls:

ldd /bin/ls
	linux-vdso.so.1 =>  (0x00007fffbd7ff000)
	librt.so.1 => /lib64/librt.so.1 (0x0000003168a00000)
	libselinux.so.1 => /lib64/libselinux.so.1 (0x0000003168200000)
	libcap.so.2 => /lib64/libcap.so.2 (0x000000316d200000)
	libacl.so.1 => /lib64/libacl.so.1 (0x000000316ba00000)
	libc.so.6 => /lib64/libc.so.6 (0x0000003165a00000)
	libpthread.so.0 => /lib64/libpthread.so.0 (0x0000003166600000)
	/lib64/ld-linux-x86-64.so.2 (0x0000003164600000)
	libdl.so.2 => /lib64/libdl.so.2 (0x0000003165e00000)
	libattr.so.1 => /lib64/libattr.so.1 (0x0000003175c00000)

Copions donc les bibliothèques dans notre arborescence

cp /lib64/librt.so.1 /lib64/libselinux.so.1 \
   /lib64/libcap.so.2 /lib64/libacl.so.1 \
   /lib64/libc.so.6 /lib64/libpthread.so.0 \
   /lib64/ld-linux-x86-64.so.2 \
   /lib64/libdl.so.2 /lib64/libattr.so.1 /srv/mychroot/lib64/


Désormais on a bien tout ce dont on a besoin. Vous pouvez tester:

$ chroot /srv/mychroot
bash# pwd
/
bash#

Voilà, le shell est bien chrooté.

6.2 Automatiser

Il est évident que de devoir chercher les bibliothèques pour chaque commande que nous voulons rendre accessible au chroot est fastidieux. Un script bash peut rendre les choses plus faciles. Le script suivant que j'utilise de temps à autres permet de créer un chroot assez rapidement. Le chroot créé vous permettra par la suite de monter un serveur Apache (attention, pas de RPM utilisé donc vous aurez des manipulations à faire) ou au moins de créer un mini-shell pour éviter qu'un utilisateur ne casse le système lors d'une connexion SSH.

Ce script crée l'environnement de chroot, copie des commandes (que vous pouvez donner en argument) et crée les périphériques spéciaux.

#!/bin/bash
#Author: Patrice Ferlet <metal3d _at_ copix.org>
#Licence: GPL v2
#

TARGET=$1

if [[ $TARGET == "--help" || $TARGET == "-h" ]]; then
    cat << EOF
Usage: 
    $0 target_dir [commands]
where target_dir is a directory where to create or configure chroot

[commands] are commands to install in chroot. If commands are not given, this basics commands will  be installed:
   - bash
   - ls
   - cat
   - more

If target_dir exists, $O will ask if you want to delete directory. If you say "no", then $0 will  try to add commands in existing chroot.

Example:
    #create basic chroot
    $0 /var/mychroot
    
    #create chroot with bash and perl
    $0 /var/mychroot2 bash perl
    #add ls cat and python commands
    $0 /var/mychroot2 ls cat python
EOF
exit 0 
fi


#Liste des binaires à déposer dans le chroot
if [[ $2 == "" ]]; then
    #si on a pas donné de commandes en paramètre ceci est la liste des
    #commandes par défaut
    BINS="bash env ls cat more"
else
    #sinon on prend la liste donnée
    shift
    BINS=$@
fi

if [[ "$TARGET" == "" ]];then 
    echo "target dirctory needed"
    exit 1
fi

#on vérifie que le chroot n'existe pas
if [[ -d $TARGET  ]]; then
    echo "$TARGET existe, voulez vous le vider avant de recréer le chroot (o/N)?"
    read del
    del=`echo $del | tr "[a-z]" "[A-Z]"`

    if [[ "$del" == "Y" || $del == "YES" || $del == "O" || $del == "OUI" ]]; then
        echo "Suppression de $TARGET"
        rm -rf $TARGET
    fi
fi
 

echo "Création du chroot en cours... merci de patienter"

#crée le répertoire et récupère le chemin absolu
mkdir -p $TARGET > /dev/null 2>&1
pushd $TARGET > /dev/null 2>&1
TARGET=`pwd`
popd > /dev/null 2>&1

#pour chaque commande à copier
for basecommand in $BINS
do
    #recherche relative des binaire qui correspondent
    all=`whereis -b $basecommand | cut -f2 -d":"`
    for command in $all
    do
        #crée la cible et copie le binaire dans le chroot
        mkdir -p $TARGET`dirname $command` > /dev/null 2>&1
        cp -R -L "$command" $TARGET`dirname $command`

        #trouve les dépendances des bibliothèques et les copie dans
        #le choot
        for f in `ldd $command 2>/dev/null | cut -f2 -d ">" | cut -f1 -d "(" `
        do
            if [[ -f $f || -h $f ]];then
               mkdir -p $TARGET`dirname $f` > /dev/null 2>&1
               cp -R -L "$f" $TARGET`dirname $f`
            fi
        done
    done
done

#On crée le noeud /dev/null 
mkdir $TARGET/dev
mknod $TARGET/dev/null c 1 3

#et les périphériques de randomisation
mknod -m 0444 $TARGET/dev/random c 1 8
mknod -m 0444 $TARGET/dev/urandom c 1 9

#fini
echo "chroot créé, vous pouvez maintenant essayer:"
echo "chroot $TARGET"

exit 0

Copiez ce script en /usr/local/bin/mkchroot et rendez le exécutable:

chmod +x /usr/local/bin/mkchroot

On l'utilise de cette manière:

mkdir /srv/test/mychroot2
mkchroot /srv/test/mychroot2

et pour ajouter des commandes (sed, cp et mv):

mkchroot /srv/test/mychroot2 sed cp mv

Puis pour passer dans le chroot:

chroot /srv/test/mychroot2

Cette méthode se base sur votre propre système pour créer un chroot. Elle est utile pour créer des environnements utilisateurs restreints (par exemple pour un accès SSH) ne permettant que quelques commandes.

Ce script permet donc de créer et ajouter des commande à un chroot basé sur votre système.

Voyons maintenant comment procéder avec des outils prévus pour créer des chroot plus élaborés grâce aux gestionnaires de paquets, notamment yum (utilisé aussi avec la méthode mock) et apt-get (via la méthode debootstrap)

6.3 On peaufine

Oui, le chroot présenté ci-dessus fonctionne... mais si vous ajoutez la commande ps au chroot, et que vous la testez... messages d'erreur assurés. Le problème vient du fait que vous n'avez encore finalisé votre chroot. Il manque quelques répertoires spéciaux, notamment:

  • /proc qui regroupe les processus
  • /sys qui est un point de contrôle système

Bref, avant d'aller dans le chroot, il faut créer au moins /proc qui peut être simplement un montage bind du répertoire de la machine maître, /dev/null qui est un périphérique spécial qui ne pointe vers rien et en option /sys.

mkdir /srv/test/proc
mount --bind /proc /srv/test/proc

mkdir /srv/test/sys
mount -t sysfs sys /srv/test/sys

Rappel: mount --bind permet de monter un répertoire existant vers un autre répertoire. Avec un chroot, les liens symboliques depuis un répertoire de la machine maitre vers le répertoire chrooté ne fonctionnera pas correctement, en fait le lien pointera sur un fichier que le shell chrooté ne voit pas, il est donc inefficace. C'est justement ce que permet un montage bind, ce n'est pas un lien mais un véritable point de montage entre deux répertoires. De ce fait, vous pouvez donner accès à un répertoire extérieur au chroot de cette manière.

Le script présenté crée les répertoires ainsi que les noeuds /dev/null, /dev/random et /dev/urandom. Si vous n'utilisez pas le script mkchroot présenté ci-dessus, voici comment créer le périphérique nul et les périphériques de randomisation:

mkdir /srv/test/dev
mknod /srv/test/dev/null c 1 3
mknod -m 0444 /srv/test/dev/random c 1 8
mknod -m 0444 /srv/test/dev/urandom c 1 9

Si par contre vous désirez que le chroot ait accès à tout les périphériques, il peut être judicieux de faire ceci avant de passer dans le chroot:

mount --bind /dev /srv/test/dev

De cette manière, le répertoire /dev est monté dans le chroot en mode "bind" c'est à dire que les entrées /dev/proc et /srv/test/proc correspondent aux même point. Le montage "bind" peut aussi vous permettre de lier un répertoire que vous aimeriez partager entre le système hôte et le chroot.

7 Méthode yum

Cette méthode est en fait utilisée par mock pour créer un environnement de chroot. La différence ici est que nous allons avoir un peu plus de contrôles, notamment pour définir l'endroit où nous allons préparer notre environnement.

Yum est un gestionnaire de paquet qui utilise RPM. Tout système basé sur "yum" peut donc héberger un autre système basé sur yum. Par exemple, Fedora peut créer un chroot CentOS, et inversement.

La difficulté est de savoir comment débuter. En fait, il s'agit de créer un environnement de base pour que yum puisse installer les paquets.

Le principe consiste à créer l'environnement de dépôts yum dans notre chroot, puis de demander à yum d'installer la base du système. Profitons en pour créer directement nos périphériques spéciaux, à savoir /dev/null , /dev/random et /dev/urandom

mkdir -p /srv/fedora10/etc/yum.repos.d
mkdir -p /srv/fedora10/dev
mknod -m 0444 /srv/fedora10/dev/random c 1 8
mknod -m 0444 /srv/fedora10/dev/urandom c 1 9
#on copie notre configuration de Fedora 10
cp /etc/yum.conf /srv/fedora10/etc/
cp /etc/yum.repos.d/fedora* /srv/fedora10/etc/yum.repos.d

Puis on configure les dépôts pour utiliser notre base de processeur et le numéro de version de Fedora que l'on veut utiliser, ici pour du 64bit et une Fedora 10. Les possesseurs de processeurs i386 ne peuvent pas installer une version 64bits. Remplacez donc "x86_64" par "i386" dans la ligne qui suit:

for f in /srv/fedora10/etc/yum.repos.d/*
do
 sed -i 's/$basearch/x86_64/g; s/$releasever/10/g;' $f
done

C'est prêt, nous pouvons installer notre Fedora dans le chroot:

yum --installroot=/srv/fedora10 groupinstall Core

Le groupe "Core" contient réellement une base "minimale", si vous avez besoin d'un peu plus de commande, remplacez "Core" par "Base"

Après un moment, les paquets téléchargés s'installent dans notre nouvelle base. Vous pouvez entrer dans le chroot de cette manière:

chroot /srv/fedora10


Afin d'ajouter des paquets, utiliser yum en dehors du chroot. Par exemple pour ajouter le client PHP dans le chroot:

yum --installroot=/srv/fedora10 install php-cli

Dés lors, la commande php est accessible dans le chroot.

Un chroot créé par yum est bien plus imposant mais permet une utilisation plus souple de l'environnement installé. C'est parfait pour tester un paquet, isoler un serveur apache ou mysql (nous verrons cela plus tard) et vous pourrez à loisirs ajouter un paquet dans le chroot.

Si nous voulons utiliser autre chose qu'une Fedora dans le chroot, il faudra configurer les dépôts yum dans le chroot avant initialisation.

Mock est déjà configuré pour ce genre de travaux.

8 Méthode mock

Mock est un outil initialement prévu pour packager des RPM pour Fedora et CentOS. Il permet d'initialiser un chroot Fedora ou CentOS (epel) et y installe les paquets nécessaires à la compilation de paquets.

Or, il peut parfaitement servir à maintenir un chroot.

Commençons par installer mock:

su -lc 'yum install mock'

Dans le répertoire /etc/mock se trouve les fichier de configuration permettant d'installer des environnements définis. Plutôt que d'en utiliser un, il est préférable dans le cas de l'utilisation de mock pour créer un chroot, de copier un fichier et de le renommer:

su -lc 'cp /etc/mock/epel-5-x86_64.cfg /etc/mock/chroot-epel-5-x86_64.cfg'

Puis éditez ce nouveau fichier

su -lc 'gedit /etc/mock/chroot-epel-5-x86_64.cfg'

Changez les premières lignes:

config_opts['root'] = 'chroot-epel-5-x86_64'
config_opts['target_arch'] = 'x86_64'
config_opts['chroot_setup_cmd'] = 'groupinstall Base'
config_opts['dist'] = 'el5'  # only useful for --resultdir variable subst

Ici, nous définissons le nom de notre chroot chroot-epel-5-x86_64 et nous spécifions que nous n'installerons que la base du système groupinstall Core.

InProgress tip.png Attention !
Le groupe Core de CentOS a un problème à l'heure où j'écris ces lignes, utilisez donc comme spécifié le groupe Base à la place

On initialise le chroot de cette manière:

mock --init -v -r chroot-epel-5-x86_64

Il y aura beaucoup de lignes de debug qui vous permettront de voir ce qu'il se passe... attendez quelques minutes.

Après avoir installé le système, vous pouvez utiliser:

 chroot /var/lib/mock/chroot-epel-5-x86_64/root/

Attention, il est recommandé d'utiliser la commande suivante pour initialiser un chroot créé avec mock:

 mock --shell 'su -' -v -r chroot-epel-5-x86_64

Cela a pour effet de monter les répertoires spéciaux /proc, /sys, /dev.

Pour installer un paquet supplémentaire, par exemple apache, il faut utiliser mock en dehors du chroot:

mock --install httpd -v -r chroot-epel-5-x86_64

Désormais, dans le chroot, vous pouvez taper:

/etc/init.d/httpd start
/etc/init.d/httpd status

Ne fermez pas le chroot tant que vous n'avez pas fermé le service, auquel cas il faudra tuer les processus avec la commande kill.

9 Méthode debootstrap

Il peut être intéressant d'utiliser d'autres distributions sur un sytème Fedora ou CentOS, ne serait-ce que pour tromper un pirate ou pour tester un logiciel. Il se peut aussi qu'un programme dont vous avez besoin n'existe que sur Debian, ou que la version proposée vous intéresse.

yum et mock proposent d'installer des chroot basés sur RPM (et en l'occurrence yum). Les systèmes Debian utilisent debootstrap pour installer un chroot. Cette commande est disponible dans les dépôts de Fedora:

su -lc 'yum install debootstrap'

Vous pouvez alors installer une debian etch de cette manière:

mkdir /srv/debian_etch
debootstrap etch /srv/debian_etch

Pour les possesseurs de processeurs 64bits, il faut préciser l'architecture:

 debootstrap --arch=amd64 etch /srv/debian_etchour Fedora

Le système récupère les paquets debian et les installe dans une arborescence qu'il crée dans /srv/debian_etch.

Il convient alors d'utiliser la commande:

chroot /srv/debian_etch

Vous vous trouvez alors sur un système debian.

Nous tenons à préciser une chose importante, bien que vous ayez installé des paquets Debian, le noyau utilisé est celui de votre Fedora (le système maître). Souvenez vous que vous ne créez pas une machine virtuelle mais un déport de racine.

Désormais, dans le chroot, l'installation de paquet se fait via la commande apt-get. Par exemple pour installer apache:

apt-get install apache2

Éditez le fichier /etc/default/apache2 et changez la valeur

NO_START=0

Puis tapez:

/etc/init.d/apache2 start

Voilà votre serveur apache basé sur Debian fonctionne bien sur votre Fedora.

10 Febootstrap

InProgress tip.png Attention !
Depuis Fedora 15 la version de Febootstrap utilise un autre mode de fonctionnement. Les options, et la manière de créer un chroot avec Febootstrap expliqué dans cette section ne fonctionnera pas avec les version supérieures à Fedora 14. Nous préparons une section à cet effet

L'intérêt principal de Feboostrap est de créer facilement des chroot de type Fedora sans avoir besoin d'obtenir des privilèges de super-utilisateur. Cet outil peut être obtenu à partir des dépôts Fedora:

su -lc "yum install febootstrap"

Vous pouvez installer une Fedora 10 Cambridge de cette façon:

febootstrap fedora-10 /srv/cambridge

Le système installe alors votre système Fedora 11 chrooté dans l'arborescence qu'il crée dans /srv/cambridge.

Vous pouvez également préciser l'installation de paquets ou de groupes à la création du chroot. Par exemple, pour créer un serveur web à l'intérieur d'un chroot:

febootstrap fedora-10 /srv/cambridge --groupinstall "Web Server"

Votre chroot Fedora est désormais prêt à l'utilisation.

Note tip.png Différences avec debootstrap
Pour le moment, febootstrap ne supporte pas les installations croisées (ppc sur i686, etc ...) notamment de chroot 32 bits sur plateformes 64bits
InProgress tip.png Attention !
Il est strictement déconseillé d'utiliser febootstrap avec les privilèges de super-utilisateur. Cela peut entrainer des effets de bords indésirable sur le système "hôte".


10.1 Lancer des commandes dans la racine du chroot

Parfois, il peut être intéressant de lancer des commandes agissant sur le chroot, par exemple pour un script générant un chroot. On peut à l'instar de debootstrap, utiliser les commandes fakeroot ou fakechroot mais celles-ci peuvent aisément déconcerter un utilisateur. Febootstrap propose la commande febootstrap-run qui permet de lancer une commande en toute sécurité, notez bien le séparateur '--', tout ce qui est à gauche concerne la commande febootstrap, tout ce qui est droite sera exécuté à l'intérieur de votre chroot. Quelques exemples:

  • lister l'ensemble des fichiers contenus dans /etc :
febootstrap /srv/cambridge -- ls -l /etc
  • Exécuter un script python dans votre chroot:
febootstrap /srv/cambridge -- python mon_script.py

10.2 Création d'une image initramfs

Bien que cela dépasse le cadre de ce tutoriel, il est possible de transformer votre chroot en fichier initramfs pour divers usage: démarrage sur une machine physique, dans une machine virtuelle (Qemu, KVM) etc ... Cela est possible avec l'aide de la commande febootstrap-to-initramfs, pour transformer notre chroot:

febootstrap-to-initramfs /srv/cambridge > initrd.img

10.3 Réduire l'espace disque du chroot

Une installation minimale de Fedora peut occuper facilement 233 Mo (Fedora 10) ce qui est énorme pour certaines utilisations. Pour dégraisser votre chroot, febootstrap propose la commande febootstrap-minimize qui permet de supprimer les données non essentielles (documentation, locales, scripts de démarrages simplifiés, etc ..). febootstrap-minimize propose tout un jeu d'options permettant de configurer finement ce qui doit être supprimé ou conservé. Par exemple, minimiser l'image disque tout en conservant les locales et les timezones:

febootstrap-minimize --keep-locales --keep-i18n --keep-zoneinfo

L'outil est particulièrement efficace car une installation bootable nécessite que 16 Mo, et pour une installation de secours 30Mo !

InProgress tip.png Attention !
Après le passage de febootstrap-minimize, rien ne garantit que RPM puisse fonctionner correctement. Cette commande doit être réservée aux applications qui ne seront pas mises à jour.

11 Exemple 1: shell restreint chrooté

Vous avez deux possibilités, soit vous avez un chroot par utilisateur, soit vous avec un chroot et plusieurs utilisateurs qui se retrouverons dedans.

La première prend plus de place mais permet une séparation complète des utilisateurs. La seconde permet de limiter la taille et de centraliser la configuration plus aisément.

Note tip.png Donner les droits aux utilisateurs d'utiliser la commande chroot
Comme nous l'avons précisé plus haut, la commande chroot n'est accessible que par le super utilisateur "root". Ici, les utilisateurs doivent avoir le droit d'utiliser la commande, mais qui plus est le processus de chroot doit être exécuté avec l'UID (User IDentifier).

Il convient donc d'accoler le bit "suid" à l'exécutable chroot:

su -
chmod +s /usr/sbin/chroot

De ce fait, un utilisateur qui sera chrooté sera propriétaire de la racine et des processus qui tournerons à l'intérieur. Cela est particulièrement intéressant pour les chroot de Apache, Mysql, etc... dont les processus de service seront la propriété des utilisateurs systèmes prévus à cet effet.

11.1 Cas numéro 1 - Un utilisateur par chroot

Si vous voulez créer un utilisateur qui sera envoyé dans un chroot à sa connexion, il faut changer le "shell" de l'utilisateur. Soit au moment de la création, soit après coup avec l'outil graphique de gestion des utilisateur, ou simplement avec la commande useradd

Afin de chrooter un utilisateur, il convient de créer un petit script que l'on utilisera en tant que "shell" pour l'utilisateur.

cat 1> /usr/local/bin/chrootshell <<CHROOT
#!/bin/bash
cat <<EOF
---------------------------------
Bienvenue !
Vous êtes sur un système chrooté
---------------------------------
EOF
/usr/sbin/chroot /home/chroot/\$USER /bin/bash
CHROOT
chmod +x /usr/local/bin/userchrootshell

Voici comment créer un utilisateur chrooté que nous appellerons testchroot avec useradd:

#on crée le chroot
mkchroot /home/chroot/testchroot
#on y ajoute des commandes
mkchroot /home/chroot/testchroot cat vim sed more

puis l'utilisateur avec le shell que nous avons créé

useradd -c "testchroot" -d "/home/chroot/testchroot/" -s '/usr/local/bin/userchrootshell'

Enfin, on donne les droits à cet utilisateur dans son répertoire:

chown -R testchroot:testchroot /home/chroot/testchroot

Vous devriez assigner un mot de passe à l'utilisateur

passwd testchroot

Désormais, si vous vous connectez avec l'utilisateur testchroot dans une console (ou via SSH), vous verrez ceci:

su - testchroot
password:
---------------------------------
Bienvenue !
Vous êtes sur un système chrooté
---------------------------------
bash-3.2$ 

L'utilisateur n'a donc aucun accès aux répertoire de la machine hormis /home/chroot/testchroot que ce dernier voit comme étant sa racine /.

11.2 Cas numéro 2 - Un chroot pour plusieurs utilisateurs

Dans ce cas, il faut créer une seule fois un chroot. Nous allons imaginer le chroot dans /srv/userchroot.

mkchroot /srv/userchroot bash ls cat more mv cp sed vim

On ajoute un groupe pour nos utilisateurs à chrooter

groupadd chrootusers

Et permet à nos utilisateurs de voir notre chroot:

chgrp -R chrootusers /srv/userchroot

Maintenant, il faut créer un home à chaque utilisateur dans le répertoire chroot et configurer l'utilisateur correctement. Exemple d'un utilisateur nommé "chrootuser1"

mkdir /srv/userchroot/home/chrootuser1
useradd -c "Chroot user 1" -d "/home/chrootuser1" -s "/usr/local/bin/commonchrootshell" -G chrootusers chrootuser1
passwd chrootuser1
chown chrootuser1 /srv/userchroot/home/chrootuser1

Le shell "/usr/local/bin/commonchrootuser" se crée de cette manière:

cat 1> /usr/local/bin/chrootshell <<CHROOT
#!/bin/bash
cat <<EOF
---------------------------------
Bienvenue !
Vous êtes sur un système chrooté
---------------------------------
EOF
/usr/sbin/chroot /srv/userchroot /bin/bash
CHROOT
chmod +x /usr/local/bin/commonchrootshell

Maintenant, un utilisateur qui se connecte sur la machine se verra automatiquement chrooté sur /srv/userchroot. D'autre utilisateurs pourrons utiliser le même chroot et aurons un répertoire utilisateur chacun.

12 Exemple 2: Chrooter Apache

Sur les serveurs de production sensibles, il est fortement recommandé d'installer Apache dans un chroot. Un pirate aura plus de difficultés à partir d'une faille Apache pour détruire les fichiers systèmes.

Via nos méthodes de chroot, nous pouvons aisément emprisonner Apache dans un chroot. Cela se passe en deux phases: - création du chroot et installation - automatisation du lancement du service dans le chroot

Nous allons traiter la méthode yum qui est adapté à Centos et Fedora.

12.1 Installation de la base système

Commençons par créer notre base de système, nous admettrons que nous voulons monter un site utilisant Apache, PHP avec quelques extensions...

#préparation du système, périphériques spéciaux
mkdir -p /srv/monsite.com/dev/
mknod /srv/monsite.com/dev/null c 1 3
mknod -m 0444 /srv/monsite.com//dev/random c 1 8
mknod -m 0444 /srv/monsite.com//dev/urandom c 1 9

#on crée une configuration de fedora
mkdir -p /srv/monsite.com/etc/yum.repos.d
cp /etc/yum.conf /srv/monsite.com/etc/
cp /etc/yum.repos.d/fedora*.repo /srv/monsite.com/etc/yum.repos.d/
for f in /srv/monsite.com/etc/yum.repos.d/*
do
  sed -i 's/$basearch/x86_64/g; s/$releasever/10/g;' $f
done

Puis nous installons la base du système:

yum --installroot=/srv/monsite.com groupinstall Core 
yum --installroot=/srv/monsite.com install php php-mysql php-gd 

L'installation pèsera environ 485Mo.

Inutile de laisser un accès aux disques et aux processus du serveur, ici nous n'aurons pas besoin de grand choses

InProgress tip.png Attention !
Pensez à couper Apache de votre système si vous l'avez activé car l'écoute sur le port 80 va être bloqué:
service httpd stop

Maintenant, nous allons passer à la suite.

12.2 Test de la configuration

Maintenant que tout est installé, nous pouvons aller dans le chroot et lancer apache pour voir ce qu'il se passe:

chroot /srv/monsite.com
service httpd start

Ouvrez maintenant un navigateur et tentez d'accéder à la page http://127.0.0.1 (ou utilisez l'adresse IP du serveur). Si apache a répondu par une page de test, c'est gagné !. Maintenant que nous savons que Apache peut fonctionner dans le chroot, nous allons automatiser le démarrage du service depuis le serveur hôte dans le chroot. On commence par éteindre le service dans le chroot et on quitte le shell:

service httpd stop
exit

12.3 Configuration de service pour Apache chrooté

Reste à faire en sorte d'avoir un service près à l'emploi pour lancer apache depuis votre véritable base de système. Pour ne pas générer de conflits, nous nommerons notre service httpd_chroot. Copions simplement le script d'initialisation de notre chroot dans notre base:

cp /srv/monsite.com/et/init.d/httpd /etc/init.d/httpd_chroot

Puis modifions:

vim /etc/init.d/httpd_chroot
#ou si vous êtes en mode graphique
gedit /etc/init.d/httpd_chroot

Trouvez aux alentours de la ligne 40 une ligne qui traite des chemins:

# Path to the apachectl script, server binary, and short-form for messages.
apachectl=/usr/sbin/apachectl
httpd=${HTTPD-/usr/sbin/httpd}
prog=httpd
pidfile=${PIDFILE-/var/run/httpd.pid}
lockfile=${LOCKFILE-/var/lock/subsys/httpd}
RETVAL=0


Juste au-dessus de "apachectl" nous allons ajouter nos chemins, voici à quoi ressemble la section après modification:

# Path to the apachectl script, server binary, and short-form for messages. 
CHROOT=/srv/monsite.com
HTTPD="/usr/sbin/chroot $CHROOT /usr/sbin/httpd"
PIDFILE=$CHROOT/var/run/httpd.pid
lockfile=$CHROOT/var/lock/subsys/http
apachectl=$CHROOT/usr/sbin/apachectl
httpd=${HTTPD-/usr/sbin/httpd}
prog=httpd
pidfile=${PIDFILE-/var/run/httpd.pid}
lockfile=${LOCKFILE-/var/lock/subsys/httpd}
RETVAL=0

Remarquez les 5 lignes ajoutées ou modifiées, elles permettent de redéfinir les chemins d'exécution, ainsi nous appelons chroot pour lancer httpd.

InProgress tip.png Attention !
Pensez à couper tous processus apache en premier:
service httpd stop
killall httpd

Vous pouvez désormais appeler la ligne:

service httpd_chroot start

Apache est lancé dans le chroot. Attention, la commande status ne peut pas fonctionner puisque le nom du job n'est plus renseigné de la même manière.

Pour que Apache chrooté se lance au démarrage, pensez à supprimer en premier lieu le service httpd du démarrage, auquel cas le service httpd_chroot refusera de démarrer !

Faites ainsi:

#n'ayez crainte, cela ne fait que supprimer le démarrage de apache lors du boot
#en aucun cas votre apache n'est supprimé ou désinstallé
chkconfig --del httpd

#on ajoute notre nouveau service
chkconfig --add httpd_chroot

Voilà, lors du redémarrage, c'est ce service qui sera lancé. Vous avez donc configuré Apache en mode chrooté.

12.4 Intérêts de la procédure

L'intérêt ici apparait si une faille est découverte sur votre serveur Apache. Admettons qu'une faille dans PHP permettent à un attaquant d'atteindre le système via Apache et qu'il décide de supprimer /var/lib/mysql.

Mysql n'étant pas installé dans le chroot mais sur le système hôte, le répertoire /var/lib/mysq n'a aucune impact sur le fonctionnement puisque pour le serveur hôte, ce répertoire correspond à /srv/monsite.com/var/lib/mysql. En fait, dans le pire des cas, seul le chroot sera cassé, mais il sera aisé de remonter le serveur en effectuant la procédure d'installation.

Mieux encore, vous pouvez parfaitement installer Mysql dans un chroot et Apache dans un autre.

13 Ce qu'il faut noter

Vous l'aurez compris, configurer un chroot n'est pas aussi aisé que d'installer une machine virtuelle, mais en revanche un chroot permet de limiter la charge de la machine et de réduire les risques d'attaque. Chroot ne sépare pas autant les services qu'une machine virtuelle. Dans notre exemple, Apache à beau tourner dans une autre racine, il écoute sur l'adresse IP de la machine hôte. C'est là toute la force de chroot, il ne sépare pas le fonctionnement mais seulement l'exécution.

De ce fait, nous pouvons avoir plusieurs base de systèmes pour différents services sans pour autant avoir besoin d'installer des serveurs complets. Il est donc important de se poser les bonnes questions lorsque nous cherchons à déporter un service. Chroot est bien souvent laissé au dépourvu, il est pourtant adapté à la plupart des besoins où certains utilisent des serveurs virtuels.

14 Astuces

Vous allez installer plusieurs services et vous allez certainement avoir besoin de faire l'installation rapidement. Que ce soit pour récupérer un crash du chroot, ou du système... le mieux étant d'avoir une base de système prête à l'emploi.

Voici ce que nous vous proposons:

#on crée un chroot simple
chroot_base="/tmp/chroot_base"
mkdir -p $chroot_base/dev
mknod $chroot_base/dev/null c 1 3
mknod -m 0444 $chroot_base/dev/random c 1 8
mknod -m 0444 $chroot_base/dev/urandom c 1 9

#on crée une configuration de fedora
mkdir -p $chroot_base/etc/yum.repos.d
cp /etc/yum.conf $chroot_base/etc/
cp /etc/yum.repos.d/fedora*.repo $chroot_base/etc/yum.repos.d/
for f in $chroot_base/etc/yum.repos.d/*
do
  sed -i 's/$basearch/x86_64/g; s/$releasever/10/g;' $f
done
yum --installroot=$chroot_base groupinstall Core 

#installation de la base ok, on la sauve:
cd $chroot_base/../
tar cvfj /tmp/chroot_base.tar.bz2 $chroot_base

Gardez maintenant le package chroot_base.tar.bz2 dans un coin, par exemple dans /usr/local/. Le jour où vous aurez besoin d'un nouveau chroot:

tar jxvf -C /srv/monnouveauchroot /usr/local/chroot_base.tar.bz2

Ce qui décompressera une base chroot dans /srv/monnouveauchroot. Rien ne vous empêche de créer des archives de serveur pour apache, mysql, etc...