FAQ Fedora-Fr

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : Johan Cwiklinski, Pierre-Yves Chibon, Charles-Antoine Couret

1 Prise en main

1.1 Installation de programmes

L'installation de nouveaux logiciels sous Fedora s'effectue à l'aide du gestionnaire de paquetages DNF.
Vous pouvez utiliser :

  • l'outil dnf en ligne de commande
  • un des outils graphiques disponibles :
    • gnome-software
    • dnfdragora

1.2 Ajouter des paramètres au noyau lors du démarrage

Il y a deux façons de changer les options du noyau au démarrage. Lorsque GRUB s'affiche appuyez sur une touche pour afficher le menu (avec les différent noyaux) et là vous pouvez :

  • éditer les options présentes : appuyez sur [e] (comme edit). Là avec les flèches vous pouvez éditer l'ensemble de la ligne d'amorçage. Une fois les paramètres qui vous conviennent entrés, appuyez sur [Ctrl+X] pour démarrer.
  • ajouter une option : appuyez sur [a] (comme add). Là vous pouvez ajouter n'importe quelle option au démarrage.
InProgress tip.png Attention !
Grub utilise un clavier américain (qwerty), pour appuyer sur [a] il vous faut donc en fait appuyer sur [q] sur un clavier azerty.

2 Dépannage... À l'aide !

2.1 Changer le mot de passe root

Si vous le connaissez, vous pouvez le changer simplement à l'aide de la commande passwd une fois logué en root. Le mot de passe actuel et le nouveau vous seront alors demandés.

Ça ne devrait pas arriver, mais ça arrive... Certaines personnes perdent leur mot de passe root, et il est donc impossible ensuite d'effectuer les tâches de mise à jour, d'installation et de configuration de la machine.

Dans ce cas, la procédure est (forcément) un peu plus compliquée... Il vous faudra pour cela relancer votre ordinateur en mode mono-utilisateur, ce qui vous donnera accès à un shell.
Vous pourrez alors utiliser la commande passwd pour modifier le mot de passe root.

2.2 Réparer GRUB

Cette question capitale est souvent posée malgré sa présence dans la documentation :

2.3 Comment chrooter son environnement ?

Inutile de vous expliquer ici ce que signifie « chrooter son environnement » un plein article y est consacré et répondra sûrement à toutes vos questions : Utilisation de chroot.

Bon, bien entendu, si vous savez ce qu'est un chroot, et que vous souhaitez juste savoir comment l'utiliser sous Fedora pour corriger une coquille ou autre ; sachez que l'utilisation du média d'installation en mode rescue vous permettra - très simplement - de chrooter votre installation. Comment faire ? Rien de plus simple, lancez le mode "rescue", tout vous sera expliqué !

3 Commandes utiles

3.1 Option --help

L'option --help vous fourni une aide rapide sur la commande.

La syntaxe de --help est généralement la suivante :

{commande} --help

Toutefois, certains programmes n'implémentent pas cette possibilité, dans certains cas l'option est implémentée avec un seul tiret :

{commande} -help

La sortie de cette commande liste les options les plus importantes, pour les commandes riches. Pour de plus amples informations, consultez la page de manuel de la commande.

3.2 man

Man vous fournit une page de manuel pour une commande donnée. Sous Fedora, les pages de manuel dans la langue de Molière sont disponibles par défaut, pour le peu que vous ayez effectué une installation en langue française.

La syntaxe de man est la suivante :

man {commande}

Cela vous ouvrira la page de manuel correspondant à la commande entrée. Utilisez les flèches haut et bas pour parcourir le manuel, il est souvent une source d'informations très intéressante sur les possibilités d'une commande !

Si vous souhaitez consulter la manuel avec une meilleure mise en page, deux possibilités s'offrent à vous :

  • chercher 'man commande' sur un moteur de recherche
  • entrer 'man:commande' dans l'url de votre navigateur web. Ce dernier vous proposera normalement d'ouvrir les url de types 'man:' avec l'application gnome-help. Notez que l'utilisation de cette méthode peut ne pas ouvrir le manuel désiré (man:dnf depuis Firefox ouvre la page de manuel de dnf.conf par exemple).

Consultez également l'option --help.

InProgress tip.png Attention !
Les pages de man en français sont parfois quelque peu obsolètes voire complètement hors d'âge. Il est toujours possible de consulter la page man originale à l'aide de la commande :
LANG=C man commande

3.3 Créer une image ISO

dd bs=1024 if=/dev/hda of=truc.iso

3.4 Monter une image ISO

Il est parfois (voire souvent) utile de pouvoir accéder au contenu d'un fichier ISO sans pour autant le graver. Pour cela, il suffit d'utiliser la commande mount :-) La syntaxe est la suivante :

$ su -c 'mount -t iso9660 fichier.iso /repertoire/du/montage/ -o loop'

Il faut bien entendu que le répertoire de montage existe. Vous pourrez ensuite accéder au contenu du fichier ISO via le répertoire de montage. Le démontage s'effectue comme ceci :

$ su -c 'umount /repertoire/du/montage'

4 Divers

4.1 su et su -, quelle différence ?

La commande su vous permet de vous connecter avec un utilisateur différent depuis votre session en cours. L'usage général en est :

su utilisateur

Le mot de passe de utilisateur vous sera demandé ; sauf si vous êtes connecté en tant que root.

Pour vous connecter en tant que root avec la commande su, il n'est pas nécessaire de spécifier le nom utilisateur, ainsi les commandes su root et su sont équivalentes.

Et le tiret alors dans cette histoire ? Vous pourrez souvent observer dans la documentation (ou dans les commandes que l'on pourrait vous donner sur les forums ou sur IRC) l'utilisation de la commande su -. En fait, le - est un raccourci de l'option --login de la commande su.

Cette option vous permet de vous connecter avec un utilisateur différent en initialisant les variables d'environnement (telles que le PATH ou le HOME, consultez l'entrée variables d'environnement de la présente FAQ pour plus de détails).

Par exemple, lorsque vous vous connectez en tant qu'utilisateur, les répertoires /sbin et /usr/sbin ne font pas partie de votre PATH. Si vous souhaitez lancer une des commandes placées dans ces chemins (comme alternatives par exemple), il vous faudra utiliser la syntaxe suivante :

/usr/sbin/alternatives

Lorsque vous passez en root avec la commande su, ce comportement sera identique. En revanche, si vous utilisez l'option -, les variables d'environnement de root seront chargées, ces répertoires étant inclus dans son PATH, il ne sera alors plus nécessaire de spécifier le chemin complet de la commande.

L'une des autres différences principales est que su vous laissera dans le répertoire courant, tandis que su - vous placera dans le dossier personnel de l'autre utilisateur.

4.2 Ajouter un script au lancement d'une session utilisateur

$ vi ~/bash_profile

Ajouter les lignes :

#!/bin/sh
fortune nom_fortune

Une fois votre script renseigné, il vous suffit de tenter de vous connecter via SSH par exemple.

4.3 Ajouter un script au lancement d'une session utilisateur (tous les utilisateurs)

$ su -c 'vi /etc/profile.d/script.sh'
$ chmod +x /etc/profile.d/script.sh

Le contenu de ce fichier sera :

#!/bin/sh
fortune nom_fortune

Une fois votre script renseigné, il vous suffit de tenter de vous connecter via SSH par exemple.

4.4 Activer le pavé numérique au démarrage

La manipulation peut être trouvée sur la page : Numlockx : Activer le clavier numérique au démarrage.

4.5 Variables d'environnement

4.5.1 export

La fonction bash export vous permet de définir des variables d'environnement. Par exemple, vous pourrez trouver ce type de commande :

PATH=/bin:/usr/bin:/home/user/bin
export PATH

Cela a pour effet de définir la variable d'environnement PATH dans un premier temps, puis de la rendre disponible dans un second temps. Si vous utilisez la fonction export dans une console, les variables d'environnement ne seront définies que pour cette session particulière et ne seront pas enregistrées. Si vous souhaitez définir une variable d'environnement à l'ouverture de session par exemple, il vous faudra utiliser l'un des scripts qui se lancent à l'amorçage ou à l'ouverture de session.

4.5.2 setenv

La fonction setenv n'existe pas dans le shell par défaut de Fedora (bash). Son équivalent est export.

4.6 cd - ou pushd ?

La commande cd - vous permet de retourner au répertoire précédent. Par exemple, si vous vous trouvez dans le répertoire /home/builder/rpmbuild/SPECS, vous changerez de répertoire avec :

$ cd /var/www/html/public/fedora/

Si vous entrez alors

$ cd -

Vous vous retrouverez à nouveau dans le répertoire précédent, donc /home/builder/rpmbuild/SPECS. Une nouvelle fois cd -, vous renverra vers le répertoire précédent, donc /var/www/html/public/fedora/.

La commande pushd stocke pour vous les chemins. En conséquence

$ pushd /var/www/html/public/fedora/
$ pushd /etc/httpd/conf.d/

Dès lors, si vous utilisez une première fois la commande popd, vous vous retrouverez dans /var/www/html/public/fedora/, si vous entrez popd à nouveau, vous reviendrez à /home/builder/rpmbuild/SPECS (alors que cd - vous aurait emmené de nouveau vers /etc/httpd/conf.d/).

4.7 Changer le niveau d'exécution

Le concept de niveau d'exécution a changé depuis systemd pour devenir plus souple même si l'idée principale reste la même. Le nouveau terme par ailleurs est celui de cible (target en anglais). L'idée consiste à définir, pour le démarrage de la machine, de savoir quels services sont à lancer. Par exemple on peut demander de démarrer le système en mode de secours, pour connecter plusieurs utilisateurs en mode texte ou d'activer le mode graphique.

Pour lister les différentes cibles disponibles, vous pouvez faire :

$ systemctl list-units --type=target --all

Les cibles principales sont :

  • rescue, pour dépanner votre machine avec un minimum de services lancées (pas de multiutilisateur, pas de réseau, etc.), remplace le niveau d'exécution 1 (ou single) ;
  • multi-user pour avoir une machine en mode texte multiutilisateur ce qui est habituellement le mode par défaut des serveurs, équivalent au niveau d'exécution 2, 3 et 4 ;
  • graphical qui est le mode par défaut pour une machine de travaille avec une interface graphique, équivalent au niveau d'exécution 5.

Pour changer le niveau d'exécution au prochain démarrage, il suffit de changer le lien symbolique qui fait ce choix avec le nom de la cible que vous souhaitez. Ici avec le mode multi-user :

# ln -sf /usr/lib/systemd/system/multi-user.target /etc/systemd/system/default.target
InProgress tip.png Attention !
Vous pourrez le constater en essayant, le mode rescue vous donne l'accès root à la machine sans qu'aucun mot de passe ne vous soit demandé.

Sachant qu'il est possible de modifier le niveau d'exécution via Grub et que la plupart du temps aucun mot de passe n'est attribué à Grub (bien que l'option soit présente dans Anaconda).

Alors, toujours persuadés que le mot de passe de Grub ne sert à rien ? ;-)

5 Archives sous Linux

Les commandes suivantes sont données à titre indicatif. Plus d'options sont généralement disponibles pour chacune des instructions citées, référez-vous à la page de manuel de la commande pour en savoir plus.

5.1 gzip

Compression :

$ gzip fichier

Décompression :

$ gzip -d fichier.gz

5.2 bzip2

Compression :

$ bzip2 fichier

Décompression :

$ bzip2 -d fichier.bz2

5.3 tar

Création :

$ tar cf archive.tar fichiers

Extraction :

$ tar xfv archive.tar

5.4 tar gzippé (tar.gz ou tgz)

Compression :

$ tar cfvz archive.tar.gz fichier dossier/

Décompression :

$ tar xzf archive.tar.gz

5.5 tar bzippé (tar.bz2)

Compression :

$ tar cjvf archive.tar.bz2 fichier1 fichier2 dossier/

Décompression :

$ tar xjvf archive.tar.bz2

5.6 zip

Compression :

$ zip archive.zip fichiers

Décompression :

$ unzip archive.zip

6 Wi-FI

Une FAQ sur le Wi-Fi est disponible dans la documentation.