Guide d'installation de Fedora en images

De Wiki Fedora-Fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : Pierre-Yves Chibon, Pascal Parois, Charles-Antoine Couret, José Fournier



Validité de cette page


La dernière version de Fedora pour laquelle les instructions de cette page ont été testées est la version F27.
Néanmoins, ces instructions restent valides, ou des instructions alternatives sont données, pour les versions F26 et F25. Si la version de Fedora dont vous disposez est plus récente que la version F27, ou à peine plus ancienne que la version F25, il est très probable que les instructions fournies ici restent valides, mais nous ne pouvons le garantir.

Si votre version est plus ancienne que la version F25, sachez que l'équipe Fedora ne vous offre plus d’assistance. Rapprochez-vous de la communauté ou, mieux, pensez à mettre votre système au goût du jour. La version la plus récente de Fedora est F27.

1 Introduction

L'installation de Fedora peut se faire de nombreuses manières ; chacune ayant ses avantages et ses inconvénients. Nous allons brièvement vous les présenter par ordre de difficulté croissante. Il est conseillé pour une installation de découverte de s’en tenir à la première.

Pour opérer une sorte de classement, on pourrait distinguer :

Les installations qui nécessitent un média mais pas le réseau 
Le média a pu être obtenu préalablement auprès d’un distributeur quelconque ou par téléchargement antérieur — qui, quant à lui, a nécessité le réseau — sur la page des téléchargements du site de Fedora. En général, les images ISO inscrites sur ces médias sont des images de produits finis avec leur environnement de bureau, tel que Fedora Workstation, Fedora Server ou une variante disponible également en téléchargement. Ces images ont une taille d’environ 1,6 gigaoctets.
Les installations qui nécessitent à la fois un média et le réseau 
Dans ce cas, le média est de taille plus réduite — autour de 0,5 gigaoctets — et son image ISO demande moins de temps pour la télécharger. Le revers est un temps d’installation plus long — qui dépend beaucoup de votre débit — puisqu'il faut télécharger des paquets qui ne sont pas dans le média. Les images ISO à graver sont disponibles sur les serveurs des miroirs de Fedora, voir Netinstall de Fedora pour plus d'informations.
Les installation qui ne nécessitent que le réseau 
Elles supposent la mise en place d’un environnement PXE et sont intéressantes dans le cas d'installation sur un parc d’ordinateurs d’une version standardisée ou pour, dans le même cas, limiter le trafic extérieur au réseau local.

Cette page se limitera à l’installation à partir d’un média sur lequel est inscrite une image complète d’installation.

2 Réfléchissez à ce que vous voulez faire

Avant de vous lancer dans l’installation, vous devez réfléchir à ce que vous voulez faire :

  • Voulez-vous n'avoir que Fedora sur votre ordinateur ou voulez-vous conserver Windows en double démarrage — Dual boot en anglais ?
  • Avez-vous des données à conserver ? Si oui, un bon réflexe est d’abord d’en faire une sauvegarde ; d'ailleurs toujours avoir une sauvegarde, nous ne sommes jamais à l'abri d'un problème.
  • Y-a-t-il de la place sur vos disques ou avez-vous besoin de gagner de la place sur des partitions existantes ? Si oui, préparez vos disques à l’avance avec un logiciel tel que Gparted — quasi parfait. Vous ne le feriez pas dans un environnement aussi ergonomique et aussi puissant si vous le faisiez dans Anaconda. De plus Anaconda n'est pas en mesure de tout faire, comme réécrire une table des partitions.


3 Démarrer l’installation à partir du média live

Pour démarrer sur le lecteur CD/DVD ou un port USB, aux premiers instants du démarrage de l’ordinateur pressez la touche qui permet de choisir ou modifier l’ordre du démarrage. Puis choisissez l’entrée qui correspond à votre média.

InProgress tip.png Attention !
Les média live sont capables de démarrer en mode BIOS ou en mode UEFI. Si la cible de votre installation est dotée d’un micrologiciel UEFI, alors choisissez l’entrée de démarrage correspondante. En général, on devrait voir le sigle UEFI dans son texte. Si vous démarrez en mode BIOS, et que vous installez pour UEFI, vous aurez à coup sûr un refus d’installer le chargeur de démarrage.


Menu de démarrage GRUB dans le cas d’une machine UEFI
 
Menu du chargeur de démarrage Syslinux dans le cas d’une machine BIOS


Le menu du chargeur de démarrage de l’installateur Anaconda — en l’occurrence GRUB2 en UEFI et Syslinux en mode BIOS — vous présente son menu. En lisant ce menu — en anglais — du haut vers le bas, trois possibilités s’offrent alors à vous :

  • installer ou mettre à jour Fedora en mode graphique ;
  • tester votre média avant de lancer l’installation ;
  • gérer les problèmes rencontrés.


Menu « Troubleshooting  » (Gestion des problèmes) dans le cas d’une machine UEFI
Menu « Troubleshooting  » (Gestion des problèmes) dans le cas d’une machine BIOS


Si vous choisissez, la troisième ligne Troubleshooting, un menu vous permet d’intervenir sur le cours des événements, notamment en saisissant des options de démarrage pour le noyau Linux de l’environnement d’installation.


Saisie des options de démarrage sur machine UEFI
Saisie des options de démarrage sur machine BIOS


La saisie des options se fait dans le cas UEFI, après avoir pressé la touche [e] sur l’entrée de menu et en les inscrivant à la fin de la ligne commençant par linuxefi.

Dans le cas du BIOS, cette saisie se fait après avoir pressé la touche [Tab] et en complétant la ligne vmlinuz… qui apparaît en bas de l’écran.

Note tip.png Pour en savoir plus
sur les différentes options, consultez la documentation, ou cherchez de l’aide sur les forums : ici ou .
F26-Choix.png


Si vous choisissez la première ligne, ou si vous choisissez la deuxième et que le test du média est satisfaisant, vous aboutirez sur le bureau de GNOME. Une fenêtre « Welcome to Fedora », vous propose :

  • soit d'essayer Fedora (à gauche) ;
  • soit d’installer Fedora sur le disque dur.

Choisissez pour le moment d’essayer Fedora. Vous pourrez toujours revenir à l’installation par le menu de GNOME.



F27-Nautilus-Avant-Install.png


Lancez l’explorateur de dossiers Fichiers (ex Nautilus) et vérifiez qu’aucun dossier du disque sur lequel vous souhaitez faire l'installation n’est affiché monté (L’image live a tendance à monter les partitions des périphériques USB). Si certaines sont montées, cliquez sur la petite flèche vers le haut dans le bandeau de gauche pour les démonter, cela évitera qu’Anaconda se plaigne durant l’installation. Mais si c’est le cas, vous pourrez les démonter en démarrant Fichier en parallèle d’Anaconda.

Note tip.png Notez bien que
même si l’installateur Anaconda est en plein écran, il tourne dans un environnement GNOME. En poussant la souris dans l’angle supérieur gauche de l’écran, ou en cliquant sur Activités dans le même angle, ou encore en pressant la touche Logo, vous pouvez accéder au menu de Gnome et lancer une application, comme ici l’explorateur de fichiers. Vous pouvez même en lançant Firefox, consulter cette page.


F27-Lancer-Anaconda.png


Une fois prêt, lancez Anaconda par le menu des favoris de Gnome.



F27-Accueil-Anaconda.png


Vous arrivez sur la page d’accueil de l’installateur Anaconda.

Normalement la langue française est déjà sélectionnée. Si ce n’est pas le cas sélectionnez-la, et cliquez sur Continuer.




F27-Configuration-Anaconda.png


À partir de là, l’installation n’est plus séquentielle, mais parallèle. Vous accédez aux rubriques dans l’ordre que vous souhaitez. Les rubriques non correctement configurées sont marquées d’un triangle jaune. À l’intérieur de la page de configuration d’une rubrique, une fois la configuration faite, vous validez en cliquant sur Fait en haut à gauche de la page. Si votre clavier est AZERTY, vous n’avez rien à faire. Si vous utilisez un autre clavier comme p. ex. Bépo, commencez par le modifier. Si vous ne le faites pas en premier vous allez vous empêtrer. Nous ne développerons pas ce sujet, l’interface étant parfaitement intuitive.

Une fois le clavier correctement sélectionné, cliquez sur Destination de l’installation.



F27-Partitionnement-Anaconda.png


Vous aboutissez sur la page qui vous permet de définir sur quels disques et sur quelles partitions Fedora sera installé.

À ce stade, si vous avez un doute, vous pouvez lancer l’application Disques pour vous remettre en mémoire l’état de vos disques.

Nous allons le faire ici pour expliquer ce que nous voulons faire.

De plus, nous avons déjà fait nos choix, à savoir :

  • choix du disque /dev/sdd ;
  • choix d’un partitionnement manuel avec l’interface Blivet.
Note tip.png Et le partitionnement automatique ?
Si vous n’êtes pas sûr de vous, alors choisissez le partitionnement automatique. Il ne sera pas forcément optimal, mais il ne causera pas de dégâts. Il faudra peut-être néanmoins l’aider à trouver de la place, auquel cas il vous le demandera.


F27-Voir-Disques-Anaconda.png


Dans un but strictement pédagogique, nous avons reproduit, aux dimensions près sur un disque USB, l’état d’un disque sur lequel il existerait déjà une installation de Windows ainsi qu'une partition Data. De plus, nous n’avons pas regroupé les espaces libres volontairement, pour montrer comment rassembler plusieurs partitions dans un disque logique (voir la page sur Concepts de base – LVM).



F27-Blivet-Ananconda.png


Voici l’interface Blivet. C'est l’interface que nous recommandons pour son ergonomie. On y voit toutes les partitions du disque sélectionné, à la fois sous forme de lignes, mais aussi sous forme de graphique. L'affichage des partitions concerne le disque que l’on a sélectionné dans la colonne de gauche lorsqu'il y en a plusieurs.

On voit ici qu’il y a 2 espaces libres, l’un de 24,28 Go et l’autre de 30,12 Go.

Nous indiquerons les avantages de l’interface Blivet, lorsque le moment sera opportun.



F27-Boot-Efi-Anaconda.png


Sélectionnez la case ou la ligne de la partition ESP (EFI System Partition) puis cliquez sur l’engrenage dans la barre d’outils sous le graphique. Choisissez Set mountpoint — Définir le point de montage.

Pour ce point de montage, s’agissant d’une installation pour un micrologiciel UEFI, nous retenons : /boot/efi. Fedora va partager ce dossier avec les autres systèmes d’exploitation qui l’utilisent déjà. C'est le gestionnaire de démarrage du micrologiciel qui définira l’ordre de priorité. Après l’installation, ce sera donc Fedora en première priorité, et GRUB prévoira une entrée pour les autres systèmes. L'inverse n’est pas vrai. Cette ordre pourra être modifié en utilisant la commande efibootmgr dans le terminal par la suite.

InProgress tip.png Attention !
Si vous installez sur un ordinateur doté d’un micrologiciel BIOS, cette opération n'est pas nécessaire. Par contre, dans ce même cas, si votre disque dispose d’une table des partitions GPT, vous devez prévoir une partition d’un type spécial 'BIOS Boot d'une centaine de mégaoctets qu'il faut monter sur /boot. Cette partition doit se trouver en dehors de la LVM. Avec un partitionnement automatique, Anaconda y pourvoit.


F27-Disque-Logique-Anaconda.png


Pour arriver à cet écran, nous avons :

  • sélectionné un espace vide ;
  • cliqué sur le signe + de la barre d’outils sous le graphique.

Nous choisissons ici d’ajouter un groupe de volumes.



F27-Disque-Logique-2-Anaconda.png


Nous pouvons ajouter d’autres espaces libres. Ici nous n’en avons que deux, mais si nous avions sélectionné plusieurs disques au départ, nous pourrions en avoir plus. Nous conservons la taille maximum.

Note tip.png Remarque 1 :
c’est à ce stade que l’interface Blivet, fait la différence. Avec l’interface ordinaire, nous n’aurions pas pu combiner les deux espaces libres et nous aurions eu plus de mal à saisir comment ces espaces sont gérés.
Note tip.png Remarque 2 :
si nous avions choisi le partitionnement automatique, Anaconda n’aurait sélectionné qu’un espace libre pour en faire un disque logique. Il aurait fallu rajouter le deuxième espace sur le système installé en marche avec les commandes LVM.
Note tip.png Remarque 3 :
on notera qu’Anaconda, fait la conversion des espaces en partitions, puis en volumes physiques, les rassemble dans un groupe de volume et en fait un volume logique ou disque logique. Il ne reste plus qu’à créer nos partitions dans ce disque logique.


F27-Disque-Logique-3-Anaconda.png


Après avoir validé le dialogue précédent, nous voyons apparaître le nouveau disque — disque logique — dans le bandeau de gauche.

Sur l’image, nous l’avons sélectionné, et nous avons cliqué dans son espace libre.

Pour ajouter une partition, il nous suffit de cliquer dans l’espace libre résiduel, puis de cliquer sur le signe + de la barre d’outils et de remplir le dialogue qui s’ouvre avec :

  • une taille ;
  • un système de fichiers — pour Linux, ext4 est un bon choix ; reportez-vous à la documentation spécialisée pour un comparatif des différentes possibilités.
  • un point de montage ;
  • un nom ;
  • une étiquette.

C’est ce que nous allons faire pour les partitions, swap, / et /home.



F27-Partition-Swap-Anaconda.png


Dans un système Linux, la partition de type swap est fortement recommandée, même si dans certains cas il est possible de s’en passer. Elle sert d’extension à la mémoire vive lorsque trop d’applications l’engorgent et pour l’hibernation sur les ordinateurs portables. Pour l’hibernation, il faut au moins la taille de la RAM. Dans les autres cas, sa taille optimale est souvent l’objet de débat. Disons, que plus la taille de la mémoire vive augmente, plus la proportion diminue. Au delà de 64 Go de RAM, on en conserve quand même un peu (4 Go environ). Cet article en anglais résume un peu le débat.



F27-Partition-Root-Anaconda.png


La partition root / est également obligatoire. Sa taille dépend du nombre d’applications que vous allez installer. L'installation de base demande entre 5 et 6 gigaoctets. Un exemple, pour de la bureautique, du dessin — Gimp et Inkscape —, du Latex, et quelques serveurs, peut demander 19 Go. C’est tout l’intérêt de la LVM de vous permettre de vous rattraper si vous avez vu trop petit.

Nous prévoyons aussi une partition /home séparée. C’est une bonne option car lorsque vous réinstallez, vous la conservez sans la reformater. De plus en cas de souci avec votre système sur la partition /, votre partition /home n'est pas impactée.



F27-Résumé-Installation-Anaconda.png


Après avoir achevé le partitionnement manuel et cliqué sur le bouton Fait, Anaconda vous présente pour validation le résumé des opérations à faire sur les disques.

Note tip.png Sachez que
les opérations ne seront réellement réalisées sur le disque que lorsque vous cliquerez sur le bouton Commencer l’installation dans l'écran suivant.


F27-Commencer-Installation-Anaconda.png


Toutes les rubriques ont été complétées. Pour le moment rien n’a encore été modifié sur les disques et nous pourrions quitter l’installation sans dommage.

Sinon, nous pouvons la lancer en cliquant sur le bouton Commencer l’installation.




F27-Mot-de-passe-Anaconda.png


Pendant que l’installation se déroule, nous avons le temps de saisir un mot de passe d’administration. Pensez à combiner des lettres minuscules et majuscules, des chiffres et des caractères de ponctuation. Si le mot de passe est trop faible, il sera rejeté.



F27-Chargeur-Démarrage-Anaconda.png


C'est bientôt terminé. La phase la plus cruciale : l'installation du chargeur de démarrage.



F27-Terminé-Anaconda.png


C'est terminé ! Bravo ! Vous avez réussi votre installation. Vous pouvez quitter l’installateur et redémarrer votre ordinateur. Le bouton de redémarrage/arrêt est dans l'angle supérieur droit du bureau.



4 Parachèvement de l’installation

Une fois l’installation terminée et votre nouvelle installation démarrée, GNOME va vous demander de répondre à quelques questions très simples pour parachever votre configuration.

Après cela, s'il est une chose primordiale à faire, c'est de mettre votre système à jour. En général, les versions des médias téléchargeables n'intègrent pas les dernières mises à jour. Pour faire cette mise à jour, le plus simple est d’ouvrir un terminal, et de saisir la commande suivante :

$ su -lc  'dnf upgrade'

Voici à quoi cela ressemble en vrai :

[jaaf@PC-JO ~]$ su -lc 'dnf upgrade'
Mot de passe : 
Dernière vérification de l’expiration des métadonnées effectuée il y a 2:48:36 le mer. 04 avril 2018 14:47:02 CEST.
Dépendances résolues.
================================================================================
 Paquet                           Architecture
                                         Version                 Dépôt    Taille
================================================================================
Installation de :
 kernel                           x86_64 4.15.14-300.fc27        updates   82 k
 kernel-core                      x86_64 4.15.14-300.fc27        updates   23 M
 kernel-modules                   x86_64 4.15.14-300.fc27        updates   27 M
 kernel-modules-extra             x86_64 4.15.14-300.fc27        updates  2.2 M
Mise à jour de:
 ibus-libzhuyin                   x86_64 1.8.91-1.fc27           updates  7.3 M
 java-1.8.0-openjdk-headless      x86_64 1:1.8.0.162-3.b12.fc27  updates   32 M
 libidn2                          x86_64 2.0.4-4.fc27            updates   99 k
 ...
 sssd-krb5-common                 x86_64 1.16.1-2.fc27           updates  154 k
 sssd-ldap                        x86_64 1.16.1-2.fc27           updates  169 k
 sssd-nfs-idmap                   x86_64 1.16.1-2.fc27           updates   82 k
 sssd-proxy                       x86_64 1.16.1-2.fc27           updates  112 k
Suppression :
 kernel                           x86_64 4.15.9-300.fc27         @updates   0  
 kernel-core                      x86_64 4.15.9-300.fc27         @updates  58 M
 kernel-modules                   x86_64 4.15.9-300.fc27         @updates  26 M
 kernel-modules-extra             x86_64 4.15.9-300.fc27         @updates 2.1 M

Résumé de la transaction
================================================================================
Installer       4 Paquets
Mettre à jour  49 Paquets
Supprimer       4 Paquets

Taille totale des téléchargements : 136 M
Voulez-vous continuer ? [o/N] :


Il vous suffit de taper o pour dire oui.

5 Premiers pas avec Fedora

Une fois votre installation terminée, il est conseillé, outre les lectures suggérées par GNOME dans la phase précédente, de lire ces quelques pages :

5.1 Les outils d'administrations

Il y a de nombreux outils sympathiques pour la configuration de votre ordinateur qui ne sont pas installés par défaut. Leurs noms sont de la forme system-config-*. Pour les installer, il suffit d'utiliser dnf (une introduction à son utilisation est donnée dans le lien juste au dessus) ou via l'interface graphique GNOME Logiciels

Vous pouvez également regardez les paramètres de base dans le Centre de configuration de GNOME pour personnaliser votre environnement.

6 Aides/commentaires

En cas de problème lors la mise en application de ce tutoriel, si certains points ne sont pas clairs, ou si vous désirez d'autres informations, n'hésitez pas à poser vos questions sur notre forum ou sur Ask Fedora si vous pouvez vous exprimer en anglais.

Catégorie:Installation